Oui à la Catalunya Nord!

Publié le par Ramon Jordi Faura i Labat

img-carteppcc.jpgDe Ramon Jordi Faura i Labat (président des Angelets de la Terra)

Depuis Paris, pour faire disparaître toute trace de notre réalité historique, on nous a désigné comme le département " à l'orient des Pyrénées " ou " Pyrénées Orientales ", après nous avoir nommer " Terres étrangères du Roussillon " au XVII ème siècle. Pour contenter l'administration française, on nous a identifié comme " les 66 ". Seul dans le nom de la région " Languedoc-Roussillon " est resté une trace tronquée de notre identité. Mais, le mot " Roussillon " ne représente qu'une partie de notre département, qui comprend aussi le Conflent, la Cerdagne, le Capcir et le Vallespir. Pourtant, ce rajout au nom de la région " Languedoc " est la seule preuve de notre existence dans une France qui ne nous a jamais respecté.

Le président de la région a essayé de faire disparaître les catalans de la carte avec la dénomination marketing " Septimanie " qu'il aurait aimé substituer à " Languedoc-Roussillon ". C'est pour cela que tout le public catalan l’avait sifflé lors de la demi-finale de l'USAP à Montpellier, en 2004, et qu’il s’était opposé majoritairement, dans la presse et dans la rue (manifestation de 10000 personnes à Perpinyà), à cette appellation dans laquelle aucun ne se reconnaît.

Nous ne souhaitons plus nous soumettre aux lobbies montpelliérains qui contrôlent cette région illégitime depuis trente ans et qui sont à l'origine de bien des maux de notre département. Aujourd'hui, la Catalunya Nord est sur la voie de la guérison. Aux catalans du nord de trouver le chemin pour retrouver leur autonomie politique et financière, et créer leur propre région. Pour cela, il faut se tourner vers Barcelona, grâce à la réalisation du TGV, et se séparer de Montpellier. Créons une région-département, en cumulant les pouvoirs des deux, comme la loi française nous le permet. La construction de l'Europe et le processus lent de décentralisation de l'état français nous permettent d'ouvrir nos frontières et créer des liens avec le sud de la Catalunya, profitons s’en à fond.

La ville de Perpinyà a été la première à revendiquer sa catalanité, en indiquant le nom de ses rues sous leur forme originale, en catalan, et en s'installant à Barcelona (Casa de Perpinyà a Barcelona). Notre Conseil Général a affirmé son identité en définissant (non-officiellement) notre département " Pays Catalan ". Nos médias commencent à se faire les échos de cette renaissance avec le journal TV " Le Pays Catalan " sur France 3 et les sujets sur les relations transfrontalières dans la presse écrite locale. Le gouvernement de Catalunya est de retour dans la capitale du Roussillon avec la Casa de la Generalitat. Quoi qu'en dise Mr Frêche, notre catalanité n'est plus à prouver! Qu'ils soient usapistes, nouveaux catalans ou catalans de " soca-rel ", nous sommes tous catalans et fiers de l'être.

Notre communauté a besoin d'une reconnaissance officielle pour se lancer vers l'avenir, vers une Eurorégion Catalane. Il faut rompre avec ce provincialisme qui nous bouffe et qui nous fait avoir peur de tout (de l'Europe, de l'immigration, de la perte de souveraineté), et avec ce folklore ridicule qui n'attire qu'un tourisme de beaufs. Dans un premier, il faut en finir avec le nom " Pyrénées-Orientales ", afin de revendiquer officiellement qu'ici c'est le Pays Catalan ou la Catalunya Nord et que ce territoire a des droits historiques qu'il faut remettre à l’ordre du jour!

Image: Catalunya-nord .


Réagir ici!

Publié dans Catalunya

Commenter cet article