Langue, bébé et interdiction

Publié le par FPL

babigou-breizh.pngTout le monde le sait : plus l'individu se trouve placé tôt face à une autre langue, plus sa capacité de compréhension et d'apprentissage de celle-ci se trouve facilitée. Il est donc essentiel de pouvoir, le plus tôt possible, mettre le bébé face à une (des) autre langue. En Bretagne, deux associations travaillent dans le domaine de l'apprentissage du Breton avant la scolarisation : Babigoù Breizh et Divskouarn.

N'importe quel être humain doué d'un minimum de raison devrait donc se réjouir devant l'action menée par ses associations. Après tout, le bien-être des enfants et leur épanouissement ne doivent-ils pas être au coeur de nos préoccupations ? Détrompez-vous ! La Caisse d'Allocation Familiale a en effet décidé que le projet de monter une crèche en Breton sur Vannes constituerait "un obstacle à l’accès universel des familles". Concrétement, la CAF refuse par ce biais de fournir à Babigou Breizh une aide financiére essentielle pour la création de ladite crèche.

Les défenseurs de la langue bretonne, lorsqu'ils abordent le sujet de l'intediction du Breton, se voient réguliérement rétorquer que tout cela est une histoire passée et que, maintenant, rien ne s'oppose à son apprentissage et à son usage. Il est pourtant difficile de ne pas voir dans ce refus autre chose qu'un nouvel exemple de la politique ethocidaire mise en place par le gouvernement français depuis le début du 20ème siécle.

Oui, parler et apprendre le Breton est toujours aujourd'hui un crime. Reste à savoir combien de temps encore les Bretons accepteront-ils de courber l'échine et de se plier aux décisions allant à l'encontre de leur culture et de leur identité...


Pétition  en ligne pour soutenir Babigoù Breizh

Le site de Divskouarn


divskouarn.jpg

Publié dans Breizh

Commenter cet article