Violences policières en Corse: l'escalade

Publié le par FPL




Comme je vous l’avais annoncé dans un article précedent, les quelques derniers jours de ce mois de janvier ont connus de graves dérives.

D’autres militants du Rinnovu ont été interpellés.Une nouvelle fois, la salle d’audience a été vidée à coups de matraques.Tout à commencer lorsque le fils de Michel Terrachon a voulu embrasser son père avant que la police ne l’emmène (comme c’est l’usage).Il fut alors rouer de coups, Maitre Mariaggi fut également frappé, des femmes furent également touchés. Afin de protester contre les graves dérives de la police, le bâtonnier d’Aiacciu à « frapper la barre d’interdit », le barreau de Bastia a exprimé sa solidarité.

Lors de la dernière audience, une personne en fauteuil roulant a été piétinée par les forces de l’ordre et un responsable du rinnovu a été gazé en plein visage.

Des actes graves, pourtant les médias français se gardent bien de relayer l’information. Le mariage du roi des francs est tellement plus important que la liberté bafouée de quelques mecréants.

Pourtant lorsque un avocat est frappé dans l’exercice de ses fonctions, lorsque des femmes et des enfants sont roués de coups dans une salle d’audience, lorsque des militants politiques sont pourchassés comme des bandits, il me semble que l’on peux plus parler d’état de droit.

 

Plus d’infos (interviews en podcast) et l’actualité de cette affaire ici

 

Jean Christophe Angelini a été relaché !

 il s’explique au micro d’alta frequenza 


Publié dans Corsica

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article