LUTTE ARMEE en Euskal Herria: 10 citoyens rejoingnent ETA , Irrintzi revendique

Publié le par Ekintza



10 citoyens basques rejoignent ETA


Dix citoyens basques en fuite, car recherchés et poursuivis par les autorités espagnoles à cause de leur engagement dans des mouvements populaires, ont déclaré publiquement leur intégration dans ETA.

Voici leur communiqué (en basque puis en français)

Gaur hemen aurkezten garen lagunok, euskal herritarrei egin dugun hausnarketa eta bere o­ndorioz ematera goazen urratsaren berri eman nahi diegu.

Euskal Herriak ez du demokraziarik ezagutzen, ezin du bere etorkizuna erabaki. Euskal Herriak sufritzen dituen eraso errepresiboa eta egoera antidemokratikoa larriagotzen ari dira. Ez dago adierazpen askatasunik, ez dago antolatze askatasunik, ez dago mobilizazio askatasunik, ez dago independentista izaterik...

Gure etorkizuna ezin erabaki eta epaile zein guardia zibilaren diktadurara kondenatzen gaituzte. Herri hau espetxeratu, erbesteratu, zigortu eta bortxatzen duten bitartean, PP eta PSOEko torturatzaileekin batera ETA deitoratzea eskatzen digute PNV eta Nafarroa Baiko politikari lotsagabeek. ETAren aurka hain ozenki ateratzen diren horientzat, gure gaitzespen eta beren hipokresiaren deitoratze tinkoena.

Euskal Herriak demokraziarik gabe, diktadura polizial eta judizialaren aurrean, herri antolakundeen eta alderdien ilegalizazioaren aurrean, preso politikoak hiltzeko kondenaren aurrean... finean, herri hau hiltzeko Estatuek duten determinazioaren aurrean, zer egiten dute Euskal Herriaren alde «abertzale» deitzen diren indar politiko horiek? Noiz altxatuko dira herri honek jasaten duen zapalkuntzari aurre egiteko?

Hemen bildu garen herritarrok, modu batera edo bestera, Euskal Herriaren aldeko borrokan parte hartu dugun Ezker Abertzaleko militanteak izan gara. Orain arte, Euskal Nazio Askapenerako Mugimenduko herri antolakundeetan jardun dugu. Hortzetaraino armaturiko poliziek, gu torturatu eta espetxeratzera etorri direnean ihes egin behar izan dugu. Ez gara bakarrak izan. Azken urteotan, jende andana espetxera eraman dute edo ihes egin behar izan du soilik herri honen askatasunaren alde aritzeagatik. Egoera horri herri bezala erantzuteko dugun premia inoiz baino agerikoagoa da.

Baina gaur, burutzen ari garen adierazpen honen bidez, honakoa azaltzera gatoz: Gure antolakundeetan borrokatzeko aukerarik jada ez dugula ikusirik, adierazpen hau izenpetzen dugunok ez dugu borrokarako etsipenean erortzeko edota gure burua Espainiako «Audiencia Nacional»ean aurkezteko inongo asmorik. Etsaiak gu neutralizatzeko asmoa bazuen, oker dabil.

Guk hartua dugu gure erabakia: Armekin etorri dira gure etxeko atea botatzera, torturatzera eta espetxeratzera. Espainian hain errotuta dagoen armen arrazoiarekin etorri zaizkigu, eta guri bederen, borrokarako beste aukerarik ez digute utzi; armen inposaketari armen bidez aurre egitea geratzen zaigu, eta determinazioz egingo dugu!

ETAkoak ez izan arren, ETAko kide bagina bezala epaitu eta bahitu nahi izan gaituzte, eta horren aurrean ez gara kikiltzen: Armak eskutan hartu eta, gure aurretik beste askok egin duten bezala, Euskadi Ta Askatasunean sartzeko hautua egin dugu.

50 urte dira Euskadi Ta Askatasuna sortu zenetik, 30 urte euskal herritarrok Espainiako Konstituzioari ezetz esan genionetik. Zenbat urte igaro behar dira inposaketaren bidea antzua dela ikus dezaten? Herri honek bizi duen eraso egoera iraunkorraren aurrean, apaltasunez baina harrotasun osoz, euskal herritarrei gure erabakiaren arrazoiak azaldu nahi genizkien, bai eta mezu argia helarazi errepresioaren arduradun politikoei ere.

Azkenik, Euskal Herriaren askatasunaren eta berreraikuntzaren alde era antolatuan eta konprometituan borrokatzeko deia luzatu nahi genieke euskal herritar guztiei.

Gora Euskal Herria Libre!

Jo ta ke irabazi arte!

Hamar euskal herritar

--------------------


Bien que nous n’étions pas des militants de l’ETA, ils ont voulu nous juger et incarcérer comme si nous l’étions, mais face à cela nous n’avons pas reculé : nous avons pris la décision de prendre les armes et de renforcer les rangs d’Euskadi Ta Askatasuna, comme beaucoup d’autres personnes l’ont fait avant nous.


Nous, personnes ici présentes, voulons faire connaître à la citoyenneté basque la réflexion que nous avons eue et la décision, qu’en fonction d’elle, nous allons prendre.

Au Pays basque, il n’y a pas de démocratie. Le peuple basque ne peut pas décider de son avenir. L’attaque répressive s’aggrave ainsi que la situation antidémocratique. Il n’y a pas de liberté d’expression, il n’y a pas de liberté d’organisation, il n’y a pas de liberté de mobilisation, il n’y a aucune possibilité d’être indépendantiste…

On nous condamne à ne pas pouvoir décider de notre avenir et la dictature des juges et de la garde civile tombe sur nous. Tandis qu’on nous emprisonne, qu’on nous envoie à l’exil, qu’on nous punit et tandis qu’on viole notre peuple, les politicards sans scrupules du PNB et de Nafarroa Bai nous demandent, comme les tortionnaires du PSOE et du PP, de condamner ETA. Nous affirmons notre opposition et condamnons fermement l’hypocrisie de tous ceux qui, avec tant d’acharnement, attaquent ETA.

Face à un Pays basque sans démocratie, face à une dictature policière et juridique, face à l’interdiction des mouvements populaires et des partis, face à la condamnation à mort des prisonniers(ères) politiques… en définitive, face à la détermination des États d’annihiler ce peuple, que font ces forces politiques qui se proclament « abertzales »1 pour défendre le Pays Basque? Quand se lèveront-elles pour faire front à l’oppression dont souffre ce peuple ?

Nous, citoyens et citoyennes réunis aujourd’hui ici, nous avons été des militants de la Gauche Indépendantiste Basque qui, d’une façon ou d’une autre, ont participé à la lutte en faveur du Pays basque. Jusqu’à maintenant, nous avons milité dans des mouvements populaires du Mouvement de Libération Nationale Basque. Nous avons dû fuir lorsque, des policiers armés jusqu’aux dents se sont présentés pour nous arrêter, nous torturer et nous emprisonner. Et nous ne sommes pas les seuls. Ces dernières années, beaucoup de monde a été mis en prison ou a été forcé de fuir seulement pour avoir travaillé pour la libération de ce peuple. C’est évident que maintenant plus que jamais il faut donner une réponse à cette situation en tant que peuple.

Aujourd’hui, à travers cette déclaration, nous voulons dire cela : puisque nous n’avons aucune autre possibilité de lutter dans nos organisations, nous, personnes qui signons cette déclaration, n’avons aucune intention de renoncer à la lutte, ni de nous présenter au Tribunal Spécial de Madrid (l’Audience Nationale). Si l’ennemi pensait qu’il pouvait nous neutraliser, il s’est trompé.

Nous tous et nous toutes avons pris une décision : ils sont venus avec des armes en enfonçant la porte de nos maison pour nous torturer et nous incarcérer. Ils sont venus avec la raison des armes, celle si bien enracinée en Espagne. Ils ne nous ont laissé aucune autre issue, il faut répondre avec les armes à l’imposition armée, et nous le ferons avec détermination !

Bien que nous n’étions pas des militants de l’ETA, ils ont voulu nous juger et incarcérer comme si nous l’étions, mais face à cela nous n’avons pas reculé : nous avons pris la décision de prendre les armes et de renforcer les rangs d’Euskadi Ta Askatasuna, comme beaucoup d’autres personnes l’ont fait avant nous.

Il y a cinquante ans qu’Euskadi Ta Askatasuna est née, il y a trente ans que les citoyens et citoyennes basques ont rejeté la Constitution espagnole. Combien d’années faudrait-il encore pour qu’on se rende compte que la voie de l’imposition ne mène à rien ? Face à l’agression continuelle que le peuple basque subit, nous voulions, avec humilité, mais aussi avec beaucoup de fierté, expliquer au peuple basque les raisons de notre décision et en même temps faire arriver un message clair aux responsables politiques de la répression.

Enfin, nous voulions lancer un appel à tout le peuple basque pour qu’il lutte d’une façon organisée et engagée en défense de la liberté et à la reconstruction du Pays basque.

Vive le Pays basque libre !

Jo ta ke irabazi arte !

Dix citoyens et citoyennes basques

Publié dans les journaux basques Gara et Berria le 21 décembre 2008


Réagir sur le forum FPL




Irrintzi revendique

Le groupe armé agissant en Pays Basque Nord, Irrintzi, a revendiqué plusieurs actions entre le 8 août et le 3 novembre : trois tentatives d'attentats contre la ligne TGV (entre Bokale et Ondres), le centre Pierre et Vacances et l'Office de tourisme d'Arrangoitze auxquelles s'ajoutent des alertes à la bombe contre le casino et l'hôtel du Palais de Miarritze, le VVF d'Angelu, l'auberge Ostape de Bidarrai et le domicile de Michèle Alliot-Marie à Ziburu, ainsi que des tirs à l'arme à feu contre une résidence en construction à Bokale et le poste de police de la ville.

Réagir sur le forum FPL

Publié dans Euskal Herria

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article