ETA, 50 ans

Publié le par FPL

 


A l'occasion du 50ème anniversaire de sa naissance en janvier 1959, ETA a fait parvenir un communiqué aux journaux Gara et Berria, ainsi qu'une courte vidéo à la télévision.

EUSKADI TA ASKATASUNAREN AGIRIA EUSKAL HERRIARI

ETA, nazio askapenerako euskal erakunde sozialista iraultzailea sortu zela 50 urte bete berri dira. Mende erdiko borroka bidea urratu ondoren apaltasunez gure herriari, Euskal Herriari, zuzentzen gatzaizkio:

Sar hitza

1958. urteko amaieran bildu ziren Euskadi Ta Askatasuna osatuko zuten lehen burkideak. EAE-ANVren jaiotza ondoren, eta gerra ostetik, abertzaletasunarentzat mugarri berria izan zen orduan ETAren sorrera. Erreminean eta etsipenez lurperatua zegoen Euskal Herria piztu zuen Euskadi Ta Askatasunaren sorrerak.

ETAren sorrerak abertzaletasun modernoa sortu zuen, herri honi duintasuna itzuli zion. ETA izan zen nazio arazoa eta klase kontzientzia enbor bereko ezpalak zirela ondorioztatu zuena, herri honentzat, eta bere herritarrentzat, proiektu politiko osatu bat aurkeztu zuena: independentzia eta sozialismoa.

Frankismo garaian sortu arren, ETAren helburua ez zen frankismoa garaitzea. ETAren helburua Euskal Herria askatasunera eramatea izan zen eta oraindio helburu horri lotzen gatzaizkio. Herritik sortutako erakundea da gurea, hamarkadaz hamarkada etengabe herritik birsortu dena. Hortik datorkio bere garaitezintasuna. Gaur duela 50 urte bezala agintari espainiarrak ETArekin amaitzear daudela dihardute. Gauza batzuk gutxi aldatzen dira 50 urtetan.

ETAren ibilbidea bere militanteen konpromisoa eta eskaintza zabalarengatik ezaugarritua egon da. ETAk herri honen mirespena eta errespetua irabazia du herri honen interesak gauza ororen gainetik ezarri dituelako beti.

50 urtez, herri bat borrokan eraikitzen

Frankismoaren eraso faxisten eraginez gure herria umilazioaren amildegitik behera zihoanean jaso genuen. ETA faxismo garai latz horietan jaio zen, nazionalismo kontserbadoreak egoera horri erantzuteko inongo borrokarako aukerarik eskaini gabe Euskal Herria AEBen laguntzaren zain egon behar zela aldarrikatzen zuenean. Abagune hartan batzuk euskalduntasuna abizenetan zenbatzen zuten bitartean, Espainiatik Euskal Herrira ogibide bila etorritako milaka eta milaka etorkin Nazio Askapenerako Mugimendura eta Euskadi Ta Askatasunaren sokara buru belarri lotu ziren.

50 urte ondoren borrokaren bidez herri honek bizirik eta bizi nahiaren borrokaz arnasten jarraitzen du. Zatiketa estatal, jakobinismo, frankismo, inposatutako konstituzio, ez ezagutza administratibo, estatutismo eta herri honi inposatutako amaraun juridiko politiko eta erregimen guztiei gailendu zaie. Herri honen independentziaren alde borroka eginez herri hau bere askatasunera hurbiltzeko urrats sakonak eman ditugu. Gaur independentziaren aldekotasuna duela 50 edo 30 urte baino errotuago agertzen zaigu.

Atturritik Ebrora herri hau eraikitzen eta defendatzen jendarte sare zabala antolatua dago estatuek inposatutako mugak gaindituz eta herri bezala aurrera ekinez. Hamarkadetan euskal herritarrek auzolanean bereganatu dituzte Euskal Herriko instituzioek bete behar lituzketen funtzioak. Erreformaren instituzioetatik herri hau hiltzera kondenatzen zen bitartean militante independentistok biharko Euskal Herriaren zutoinak eraikitzen aritu gara: nazio kontzientzia indartuz, belaunaldi berri eta zaharrak euskaldunduz, lurralde batasuna indartuz, herri antolakuntza eta herri mugimendua bultzatuz…

Herri aske gisa ez bada ere, Euskal Herria, borrokaren bidez bere askatasunaren ateak oraindik zabalik aurkitzen dituelarik iritsi da XXI. mendera. Polizia etxe eta kasernetan beheratu eta torturatutako herritarren konpromisoagatik ez balitz, eguneroko xinaurri lanean adorez beterik gure hizkuntza, kultura, eraldaketa soziala, herri ohitura eta sareen alde aritutako emakume eta gizonengatik ez balitz; langile militante, gazte intsumiso eta konprometitu; ama-aita hezitzaile, irakasle, kazetari, idazle, hautetsi, kirolari zein kulturgile konprometitu; herri mugimendutan aritutako bizilagun… eta hamarkada eta hamarkadetako espetxe zigorraren aurrean egunero duintasunez herri honi argia eta bultzada eman diotenak izan ez balira, Espainian eta Frantzian urtutako erregio folkloriko bat besterik ez ginateke izango egun. Horiek guztiek beren biziko konpromisoa hartu izan ez balute, aspaldi egina zuen Euskal Herriarenak.

Aitzitik, 50 urte ondoren Euskal Herriak herri lez bizi duen egoera larria da. Bere etorkizuna bermatu gabe jarraitzen du. Herri egiten duten zutabeak etengabe erasotuak dira Frantzia eta Espainiaren egiturengandik. Bi estatu etsaiek beren tresneri armatu, politiko, ekonomiko, kultural eta mediatikoa erabiltzen dute herri izaera eta herri askea izateko ditugun baliabideak xehatzeko.

Independetistontzat 50 urteko bidea urratu geroko atzerako begirada gazi-gozoa da ezinbestean. Gazia, independentziaren aldeko borrokari dena eskaini arren ez dugulako gure herria askatasuneraino heldu arazi. Gozoa, borroka batzutan latza eta mingotsa izan arren, herri honen alde aritu diren herritar eta gudarion ekarriaz Euskal Herria bizirik eta etengabe eraberritzea lortu dugulako gaurdaino.

Gaur, berriz, Euskal Herria krisian

Duela 30 urte bi apustu egin ziren herri honetan. Batzuk «pactismoa», «estatutoa» eta erreforma espainiarraren bidea hautatu zuten. Espainiak inposatzen zigunaren aldeko apustua egin zuten. Besteok, inposaketa horri aurre egiteko eta Euskal Herria defendatzeko gure esku genituen molde guztiak erabiltzearen alde egin genuen. Lehen aukerak Francoren diktadurapetik ateratzen ari zen Euskal Herriaren barne zatiketa areagotzea ekarri zuen: bi estatuetan banatutako herria hiru administraziopean ebaki zuten. 30 urte ondoren aukera horrek herri hau zatitu eta urtzeko bitartekoa besterik ez zela agerian geratu da.

Duela 50 urte borroka hautatu genuenok, duela 30 urte independentziaren aldeko aldapari ekin genionok, zuzen genbiltzan. Ezker abertzalearen eta ETAren borrokak Moncloako Amejoramendua eta Estatutua herri honen askatasun senak baretu eta herri nahiak itotzeko patuarekin jaioak zirela erakutsi du. Herri hau bizirik iraun zedin herri eraikuntzan eta bere askatasunaren sena elikatzen jardun dugunok gure konpromisoa larrutik ordaindu dugu. Halere, atzera begira jarriz, borroka esker onekoa dela baieztatzen da.

2009. urtea abiatu berri zaigun honetan askatasun aukerak irekiak ditu gure herriak. Aldaketa politikoaren ateak ortzimugan irekiak ikusten dira halabeharrez. Duela hamar urte ziklo autonomikoaren hilotza ikusi genuenetik, gure herria bidegurutze politikoan aurkitzen da, ez aurrera ez atzera. Erreforma garaian herri hau egitura instituzional zatikatzaileetan banatu eta kudeatzeko eginiko apustuak porrot egin duelako sortzen da krisi hori, hots, aukera berri hori.

Ez dago tarterik, herri honetako indarrak berriz aukeratu beharrean daude: independentziaren bideari ekin ala beste 30 urtez porrot eginiko partizioaren eta ez ezagutzaren formulak errepikatzea, herri honen etorkizuna lokaztuz eta gatazka politikoa betikotuz.

Madrilek berriz ere hori nahi du, eta antza, badu helduta dantza horri ekiteko gerturatu nahi zaion maitalerik. Horratx alferlan eta erru zaharrak errepikatzeko arriskua: agintari batzuk, berriz ere, herri erresistentziak eta borrokak sortzen duten aukera, estatutuen erreforma batera murriztu nahi lukete. Herri honentzat 30 urtetako etxekaltea batzuen pagotxa ere izan badela geratzen da.

Herri honek ez luke halakorik barkatuko. Hots, herri honek ez du berriz traizio bera errepikatzeko aukerarik emango. Herri honi dagozkion eskubide demokratikoen alde eta herri hau beste eskenatoki demokratiko batera eramateko uste osoa dugunok ezin dugu herri hau beste 30 urtetako trenbide hilean sartzen utzi. Abertzaleon esku dago bide galdu horretan sartzeko prest dauden agintarien aurkako presioaz amarru hori saihetsi eta behingoz herri hau autodeterminazioaren igarobidean sartu ahal izatea.

Euskadi Ta Askatasuna sortu zenean Kubak bere iraultzarako urrats garaipentsua gauzatzen zuen. Hartatik azken 20 urtetan ez dira gutxi bere txikitasunetik askatasuna lortu, edo lortzear, munduaren aurrean bide egiten ari diren herriak. Europan ere hortxe ditugu Irlanda, Eslovenia, Kroazia, Lituania… bai eta gutxi barru bere independentzia eskura dezakeen Eskozia bera ere.

Aberria borrokan dugu

Bi proiektu daude gure herrian: Euskal Estatua egunero buru bihotzetan izanik lan egiten duten herritarrena eta inposaturik agertzen zaigun bi estatuen menpeko status-quoan gauzatzen dena. Hor dago zapaltzaile eta zapalduaren arteko marraren jatorria.

Inposatu gabe jar bitez biak joko arau demokratikoen baitako lehian. Herri honek estatuen inposaketarik gabe bide baketsu eta demokratikoen bidez independentziaren bideari ekingo dio. Bitartean indar eta molde oroz borrokan tinko jarraitu beharko dugu estatu etsaiek Euskal Herriaren hitza errespetatzeko borondate keinurik txikiena ere ez baitute erakusten.

Aitzakiarik gabe herri honen aldeko indarrak batzeko unea da, abertzaleok independentziaren aroan sartu gaitezen. Euskal Herriak munduan bere hitza eta tokia har dezan bideari ekiteko tenorean gaude. Euskal Estatuaren alde gaudenok, borrokan dihardugunok, euskal herritarron hitza aintzat hartuko duen marko demokratiko bat erdiesteko premiari heldu behar diogu. Herri hau, 30 urte berantago, benetako trantsizio politikoaren igarobidean barneratu behar da. Hor loratuko da herri honek desio duen askatasuna eta bakea. Bakea, letra handiko bakea: elkarrizketa, negoziazio eta akordio politikotik eratorriko dena izango baita. Izan ere, bakea herri honen eskubideetan eta justizian oinarrituko da, edo ez da bakerik izango.

Etorkizuna Euskal Herriarena izango da

Agiri baten bidez nekez labur daiteke 50 urteotako herri borroka, nekez agerrarazi mende erdiko borrokaren lorratza. Eroritakoei merezitako samin eta ohore hitzak lekukotzeko soilik liburu mardula beharko litzateke.

Adierazpen hau ordea, ezin buka daiteke borrokan eroritako euskal herritar eta gudariei gure omena eskaini gabe. Bihoakie gure adorerik beroena 50 urte hauetan zehar Euskadi Ta Askatasuna partekatzeko konpromisoa hartu duten mlitante guztiei. Gure gomutarik sentikorrena heriotzaraino dena eman dutenei eta bere konpromisoa urte luzetako espetxealdi edo deserriratzearekin ordaindu duten edota horretan tinko diharduten burkideei. Burkideen senideei ere, aurrez konprometitu gabe egokitu zaienaren aurrean erakusten duten kemenarengatik, gure besarkadarik estuena.

Mendian dabilenak badaki ttonttorrerako bidean azken txanpa dela gogorrena. Baina denboraren talaiatik soilik antzeman daiteke urrats bakoitzak ekarri gaituela gaurkora. 50 urteko atzerako begirada burutuz ETAko militanteoi herri honen borroka bideak harrotasunez betetzen gaitu. Historiak herri honen borroka ohorez marraztuko du, euskal militanteen eskuzabaltasuna goretsiz. Esango dugu, esaterik izango dugu, Kantauriko hegian herri aske bat dago. Etorkizuna Euskal Herriarena izango da, aberria borrokan dugu. Bietan jarrai!

Gora Euskal Herria askatuta! Gora Euskal Herria sozialista! Jo ta ke independentzia eta sozialismoa lortu arte!

Euskal Herrian,

2009ko urtarrilean

Euskadi Ta Askatasuna

E.T.A.




COMMUNIQUE DE L’ETA A L’EUSKAL HERRIA

 

ETA, organisation basque socialiste révolutionnaire de libération nationale, est née voilà 50 ans. Après avoir tracé sur un demi-siècle la voie de la lutte, nous nous adressons avec simplicité à notre pays, Euskal Herria.


Introduction

C’est à la fin de l’année 1958 que se sont réunis les premiers responsables de la constitution d’Euskadi Ta Askatasuna. Après la création d’EAE-ANV, et au sortir de la guerre, la naissance d’ETA a été alors un nouveau jalon pour la résurgence de la conscience nationale. La naissance d’Euskadi Ta Askatasuna a revivifié Euskal Herria qui était alors plongé dans le ressentiment et enseveli sous le poids du désespoir.

La naissance d’ETA a donné le jour à la conscience nationale moderne, a restitué à notre pays sa dignité. C’est l’organisation ETA qui est arrivée à la conclusion que la question nationale et la conscience de classe étaient les deux faces d’une même pièce, ETA qui, pour ce pays et pour les citoyens de ce pays, a fait le choix d’un projet politique global : l’indépendance et le socialisme.

Bien que née sous le franquisme, ETA n’avait pas pour objectif de vaincre le franquisme. L’objectif d’ETA était de mener Euskal Herria à la liberté, et encore maintenant, c’est à cet objectif que nous nous attachons. Notre organisation est issue du peuple, elle s’est reconstituée à partir du peuple décennie après décennie. C’est de là que lui vient son invincibilité. Aujourd’hui, tout comme il y a 50 ans, les gouvernants espagnols répètent qu’ils sont sur le point d’en finir avec ETA. Il y a des choses qui ne changent pas beaucoup en 50 ans.

Le cheminement d’ETA a été caractérisé par l’engagement et la grande générosité de ses militants. ETA a gagné l’admiration et le respect de notre peuple parce qu’elle a toujours mis plus haut que tout les intérêts de ce peuple.


Durant 50 ans, un pays en construction dans la lutte


Nous avons rattrapé notre pays alors que, sous l’effet des agressions fascistes du franquisme, il était en train de descendre au fond du gouffre de l’humiliation. ETA est née lors de ces périodes redoutables du fascisme, alors que le nationalisme conservateur, sans offrir en réponse à cette situation la moindre perspective de combat, proclamait qu’Euskal Herria devait rester en attente de l’aide des États-Unis. Pendant que dans cette conjoncture certains faisaient dépendre des noms propres le fait d’être basque, des milliers et des milliers d’immigrants venus d’Espagne en Euskal Herri pour trouver un emploi rejoignaient le Mouvement de Libération Nationale et Euskadi Ta Askatasuna.

50 ans plus tard, c’est par la voie de la lutte que ce pays continue à respirer, vivant et se battant pour rester en vie. Ont été surmontés la division étatique, le jacobinisme, le franquisme, une constitution qu’on lui a infligée, la non-reconnaissance administrative, la pseudo-solution du statut et toutes les toiles d’araignée juridico-politiques, tous les systèmes politiques imposés à ce pays. C’est en combattant pour l’indépendance de ce pays que nous avons accompli des avancées substantielles en direction de la liberté de ce pays. Le soutien à l’indépendance est plus enraciné aujourd’hui qu’il y a 50 ou 30 ans.

De l’Adour à l’Ebre, l’édification et la défense de ce pays sont assurées par l’organisation d’amples réseaux sociaux qui enjambent les frontières imposées par les États et qui vont de l’avant en agissant en tant que peuple. A travers des décennies, les citoyens basques se sont appropriés dans des travaux d’équipe les fonctions que devraient remplir les institutions d’Euskal Herria. Pendant que depuis les institutions de la réforme, on condamnait à mort ce pays, nous, les militants indépendantistes, nous nous sommes consacrés à la construction des fondations de l’Euskal Herri de demain : en renforçant la conscience nationale, en basquisant les générations d’adultes et d’enfants, en renforçant l’unité territoriale, en favorisant l’organisation et la dynamique du pays.

Même si ce n’est pas en tant que pays libre que l’Euskal Herria est arrivé au XXIème siècle, c’est en tout cas avec des portes encore ouvertes sur sa liberté qu’il y est arrivé. Sans l’engagement des citoyens humiliés et torturés dans les locaux et les casernes de la Police ; sans le travail de fourmi fait chaque jour avec ardeur par les femmes et les hommes agissant en faveur de notre langue, de notre culture, de la transformation sociale, des traditions et des associations populaires ; sans les travailleurs militants, les jeunes insoumis et engagés ; sans l’engagement des pères et mères éducateurs, des enseignants, des journalistes, des écrivains, des élus, des sportifs ou des acteurs culturels ; sans nos concitoyens impliqués dans des mouvements populaires… sans ceux qui, face à des dizaines et des dizaines d’années de prison, ont donné à ce pays lumière et élan avec une dignité de tous les jours, nous n’aurions été à l’heure qu’il est qu’une région folklorique diluée dans les États espagnol et français. Si tous ces gens-là ne s’étaient pas engagés pour la vie, il y a longtemps que c’en aurait été fait de l’Euskal Herria.

Par contre, 50 ans plus tard, la situation en tant que pays légal que vit l’Euskal Herria est grave. Il continue à ne pas avoir prise sur son avenir. Ses bases nationales sont sans cesse sujettes aux attaques venant des structures de la France et de l’Espagne. Les deux États ennemis utilisent leur arsenal militaire, politique, économique, culturel et médiatique pour briser notre identité nationale et les ressources dont nous disposons pour être un pays libre.

Pour nous les indépendantistes, le regard rétrospectif sur ces 50 années passées à ouvrir la route est nécessairement aigre-doux. Aigre, parce que bien qu’ayant tout sacrifié au combat pour l’indépendance, nous n’avons pas amené notre pays jusqu’à la liberté. Doux, parce que, bien que le combat soit parfois rude et porteur d’amertume, nous avons obtenu jusqu’à ce jour, grâce à l’apport de nos concitoyens qui ont combattu en faveur de ce pays, qu’Euskal Herria vive de façon sans cesse renouvelée.


Aujourd’hui, à nouveau, Euskal Herria en crise


Il y a 30 ans, on a fait deux paris dans ce pays. Les uns ont choisi de pactiser, optant pour le « statut » et la voie de la réforme espagnole. Les autres, c’est-à-dire nous, nous avons choisi d’utiliser tous les moyens que nous avions entre les mains pour nous opposer à ce qu’on nous imposait, et pour assurer la défense d’Euskal Herria. La première option a eu pour effet d’accentuer la division interne d’Euskal Herria au moment où celui-ci était en train de s’extraire de la dictature de Franco : alors que notre pays était partagé entre deux États, on l’a fractionné en trois sous-ensembles administratifs. 30 ans plus tard, ce choix s’est révélé de façon évidente comme un simple moyen de démembrer et faire se désagréger notre pays.

Nous qui, il y a 50 ans, avons opté pour la lutte, nous qui, il y a 30 ans, avons entrepris l’ascension conduisant à l’indépendance, nous avions raison. Le combat mené par la gauche abertzale et par ETA a montré que l’Amejoramiento et le Statut concédés par La Moncloa étaient dès leur origine destinés à calmer les instincts de liberté de notre peuple et à noyer ses aspirations. Nous qui, pour assurer la survie de ce pays, avons œuvré à la construction nationale et à l’entretien de son instinct de liberté, nous avons payé notre engagement dans notre chair. Toutefois, quand on se tourne vers le passé, on a la confirmation du fait que le combat porte ses fruits.

En ce début d’année 2009, pour notre pays, les options de liberté sont ouvertes. Les portes du changement politique, on les voit ouvertes à tous les vents ; c’était fatal. Depuis qu’il y a 10 ans nous avons discerné l’état de cadavre du cycle de l’autonomie, notre pays se trouve à un carrefour politique, paralysé. C’est parce que s’est soldé par un échec le pari fait à l’époque de la réforme de fractionner et de gérer ce pays au moyen de structures institutionnelles aboutissant à sa fragmentation, que voit le jour cette crise, c’est-à-dire cette nouvelle option.

Il n’y a pas d’autre issue, les forces de ce pays sont à nouveau dans l’obligation de choisir : ou bien prendre le chemin qui mène à l’indépendance, ou bien répéter pendant 30 ans de plus les formules, vouées à l’échec, de la partition et de la non-reconnaissance, en plongeant l’avenir de ce pays dans un bourbier et en pérennisant le conflit politique.

Madrid veut qu’il en soit à nouveau ainsi, et, semble-t-il, a à sa disposition des partenaires qui veulent la rejoindre pour exécuter cette danse avec elle. Et voilà le risque de reproduire les travaux inutiles et les erreurs du passé : quelques dirigeants, une nouvelle fois, voudraient réduire à une réforme des Statuts la résistance populaire et l’option qui résulte de la lutte. Pour ce pays, celui qui s’est livré durant 30 ans à des gaspillages, même si, c’est vrai, il a été un filon pour quelques-uns, reste un gaspilleur.

Cela, ce pays ne le pardonnerait pas. Autrement dit, ce pays ne donnera pas la possibilité de reproduire une nouvelle fois la même trahison. Nous qui sommes en faveur des droits démocratiques revenant à ce pays et qui avons l’entière conviction qu’il faut mener ce pays vers un autre scénario démocratique, nous ne pouvons pas entrer pour 30 années de plus sur une voie de garage. C’est entre nos mains d’abertzale, à travers la pression que nous pouvons exercer contre les dirigeants qui sont prêts à s’engager dans cette voie sans issue, que se trouve la possibilité d’esquiver cette manœuvre et de faire entrer une fois pour toutes ce pays sur la voie d’accès à l’autodétermination.

Lorsqu’Euskadi Ta Askatasuna est née, Cuba concrétisait sa marche victorieuse vers la révolution. Et depuis, ces 20 dernières années, ils ne sont pas rares, les pays qui, bien que tout petits, sont en train de faire route, sous les yeux du monde, vers l’obtention de la liberté, ou qui s’en approchent. En Europe aussi, c’est le cas pour l’Irlande, la Slovénie, la Croatie, la Lituanie… ainsi que l’Ecosse elle-même, qui pourrait sous peu conquérir son indépendance.


Notre patrie est en lutte


Il y a deux projets dans notre pays : celui des citoyens qui travaillent au quotidien avec, à l’esprit, un État basque, et celui qui se réalise dans le statu quo –selon nous imposé-, de la domination exercée sur nous par les deux États. C’est là que prend naissance la ligne de démarcation entre oppresseur et opprimé.

Que les deux États, sans rien imposer, jouent le jeu d’une compétition obéissant aux règles de la démocratie. Notre pays, hors cadre imposé par les États, commencera sa marche vers l’indépendance par des voies pacifiques et démocratiques. En attendant, il nous faudra continuer fermement le combat de toutes nos forces et par tous les moyens, puisque les États ennemis ne montrent même pas le plus petit signe d’une volonté de respecter la parole de l’Euskal Herria.

C’est le moment d’unir, sans se réfugier derrière des prétextes, les forces qui sont en faveur de ce pays, afin que nous entrions, nous les indépendantistes, dans l’ère de l’indépendance. Nous sommes à l’heure d’entreprendre le chemin conduisant Euskal Herria à prendre la parole et à occuper sa place dans le monde. Nous qui sommes pour un État basque, nous qui menons la lutte, nous devons nous attacher à l’urgence d’obtenir un cadre démocratique qui prendra en compte notre parole à nous, les citoyens basques. Ce pays, 30 ans après, doit aller plus avant dans la voie d’accès à une véritable transition politique. C’est là que fleuriront la liberté et la paix auxquelles aspire notre peuple. La paix, une paix en lettres majuscules : car elle sera une paix découlant du dialogue, de la négociation et d’un accord politique. En fait, la paix aura pour socle les droits de ce pays et la justice, ou alors il n’y aura pas de paix.


L’avenir appartiendra à l’Euskal Herria


Par le biais d’un communiqué, il est difficile de résumer le combat national de ces 50 ans, difficile de faire ressortir la piste tracée par un combat d’un demi-siècle. Il faudrait un livre volumineux rien que pour y loger tout ce qu’on aurait à dire à destination de ces camarades méritants qui sont tombés, paroles de douleur, paroles de louange.

Toutefois, cette déclaration, nous ne pouvons pas la finir sans rendre hommage aux citoyens et combattants basques tombés au combat. Nos encouragements les plus chaleureux à tous les militants qui au cours de ces 50 dernières années se sont engagés en prenant part à Euskadi Ta Askatasuna. Notre souvenir le plus compatissant à ceux qui ont tout donné jusqu’à la mort, à ceux qui ont payé leur engagement par de longues années de prison ou d’exil, ainsi qu’aux dirigeants qui poursuivent fermement l’action. Aux membres des familles des dirigeants, également, à cause de la force qu’ils montrent face à la situation qui s’est présentée à eux alors qu’ils n’avaient pas pris d’engagement par avance, notre accolade la plus forte.

Celui qui fait des randonnées en montagne sait que sur le chemin qui mène au sommet c’est la dernière côte qui est la plus dure. Mais ce n’est qu’en prenant de la hauteur pour embrasser le temps écoulé qu’il est possible de se rendre compte que c’est chaque pas qui nous a amenés au point où nous en sommes aujourd’hui. En terminant une rétrospective de 50 ans, nous les militants d’ETA, sommes remplis de fierté pour le trajet de lutte accompli par notre pays. L’histoire livrera des gravures en l’honneur du combat de ce pays, en louant la générosité des militants basques. Nous dirons, nous aurons à dire, que jouxtant la Cantabrique, il y a un pays libre. L’avenir appartiendra à Euskal Herria, notre patrie est en lutte. La lutte continue !


Vive l’Euskal Herria libre ! Vive l’Euskal Herria socialiste !
En avant jusqu’à l’obtention de l’indépendance et du socialisme !


En Euskal Herria, janvier 2009


Euskadi Ta Askatasuna

 

Traduit du basque (publié par berria, gara)
http://cspb.unblog.fr/2009/02/05/communique-de-leta-a-leuskal-herria-_-50eme-anniversaire/


Voici quelques peintures murales...
http://muralespoliticos.blogspot.com/2009/02/ampliacion-murales-independentistas.html


Réagir sur le forum

Publié dans Euskal Herria

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article