L’Occitan victime d’une nouvelle attaque jacobine

Publié le par AAP



Comunicat d'Anaram Au Patac:
L’occitan victima d’una novèla ataca jacobina


Dijòus 19 de février 2009 lo conselh municipal de Sijan a decidit a 19 voses contra 2 e 3 abstencions, de renovelar pas la convencion que ligava la comuna amb la Calandreta. Aquò significa qu’a la dintrada de setembre de 2009 un vintenat d’enfants riscan de se trobar per carrièra e quatre personas al caumatge dins une region sinistrada al punt de vist emplec (la region Lengadòc Rosselhon es la que coneis lo taus mai fòrt de caumatge de l’Estat francés).
L’escòla Calandreta de Sijan dobriguèt sas pòrtas en setembre de 2006, permet a 21 enfants de seguir un ensenhament en immersion de l’occitan (l’occitan i es lenga ensenhaira et ensenhada). Beneficiava fins ara d’una convencion, signada amb la majoritat municipala anciana per de locals comunals (l’anciana escòla dels dròlles de la vila) que logava.
A las eleccions municipalas passadas una equipa novèla foguèt elegida ; tre la debuta faguèt saber son ostilitat a Calandreta, en efièiet déclarèt que la comuna aviá pas los mejans de finançar doas escòlas a Sijan mentre que Calandreta li còsta quasi res. En mai afirmèt que los locals èran vetustes e dangieroses donc podián pas aculhir d’enfants. Aquel argument es completament fals perqué per la seuna dobertura l’escòla aguèt una vesita de la comission de seguritat (compausada de pompiers, servicis de la prefectura, etc…) que jutjèt lo local apte mas aquò sembla pas contentar la comuna qu’a prepausat ça que la doas solucions de relòtjament : un ostal sens cort e que pren l’aiga e una cava.
Mai se lo cònsol e son equipa se ne defendon e dison qu’an pas res contra Calandreta e l’occitan, la volontat es d’escafar aquela escòla del paisatge sijanés perqué son ostils a l’ensenhament privat, d’unes elegits son de retirats de l’educacion nationala e subisson pressions de sos collègas.
Anaram au Patac denóncia aquela caça a l’occitan d’un autre temps, al moment ont l’occitan comença d’aver une reconeissença pichona, sembla que los demònis vièlhs d’antan ressorgisson e que lo pièger de las idèas jacobinas se vòlon impausar dins aquela vila plan occitana a la pòrta de Catalonha.
Fasèm remarcar coma d’autres qu’aquela decision de la comuna de Sijan tomba mal e ressona coma un insult, aquest an anam commemorar los 800 ans de la Crosada.
Anaram au Patac pòrta son sosten tot als parents, associatius e personal de la Calandreta de Sijan.


Anaram au Patac - Lengadòc

L’Occitan victime d’une nouvelle attaque jacobine


Jeudi 19 février 2009 le conseil municipal de Sigean a décidé à 19 voix contre 2 et 3 abstentions, de ne pas renouveler la convention liant la mairie avec la Calandreta. Cela signifie qu’à la rentrée de septembre 2009 une vingtaine d’enfants risquent de se retrouver à la rue et quatre personnes au chômage dans une région sinistrée au point de vu emploi (la région Languedoc-Roussillon est celle qui connaît le plus fort taux de chômage dans l’Etat français).
L’école Calandreta de Sigean a ouvert ses portes en septembre 2006, elle permet à 21 enfants de suivre un enseignement en immersion de l’occitan (l’occitan est langue enseignante et enseignée). Elle bénéficiait jusqu’alors d’une convention, signée avec l’ancienne majorité municipale pour des locaux communaux (l’ancienne école des garçons de la ville) qu’elle louait.
Aux dernières élections municipales une nouvelle équipe a été élue ; dès le début elle fait savoir son hostilité à la Calandreta. En effet elle a déclaré que la mairie n’avait pas les moyens de financer deux écoles à Sigean alors que la Calandreta ne lui coûte quasiment rien. De même ils a été affirmé que les locaux étaient vétustes et dangereux donc ils ne pouvaient accueillir d’enfants. Cet argument là est complètement faux car pour son ouverture l’école eut une visite de la commission de sécurité (composée de pompiers, services de la préfecture, etc…) qui jugea le local apte mais cela ne semble pas satisfaire la mairie qui a toutefois proposé dux solutions de relogement : une maison sans cour et qui prend l’eau et une cave.
Même si le maire et son équipe s’en défendent et disent qu’ils n’ont rien contre Calandreta et l’occitan, la volonté est de rayer cette école du paysage sigeannais car ils sont hostiles à l’enseignement privé, certains élus sont des retraités de l’éducation nationale et subissent des pressions de leurs collègues.
Anaram au Patac dénonce cette chasse à l’occitan d’un autre âge, au moment où l’occitan commence d’avoir une petite reconnaissance, il semble que les vieux démons d’antan ressurgissent et que les pires des idées jacobines veuillent s’imposer dans cette ville bien occitane aux portes de la Catalogne.
Nous faisons remarquer comme d’autres que cette décision de la commune de Sigean tombe mal et raisonne comme une insulte, cette année nous allons commémorer les 800 ans de la Croisade.
Anaram au Patac apporte tout son soutien aux parents, associatifs et personnel de la Calandreta de Sigean.

Anaram au Patac - Lengadòc

Réagir sur le Forum FPL

Publié dans Occitania

Commenter cet article