Contre le nationalisme français/Contra lo nacionalisme francés

Publié le par Anaram Au Patac Gasconha nòrd



Contra lo nacionalisme francés

(TRADUCTION EN FRANCAIS DISPONIBLE PLUS BAS)

L'idèa de «França Estat-nacion», principi politic de la «Republica indivisibla», l'article 2 de la Constitucion, l'interdiccion de l'ensenhament immersiu dens l'ensenhament public que constituissen l'arsenau ideologic, juridic, politic e pedagogic dab quau l'imperialisma francés clava l'acces deus pòbles dependents e coloniaus aus sons drets nacionaus.
Qu'an de préner una plaça centrau dens lo nòste combat entaus drets nacionaus deu pòble occitan, a tota fòrça anti-imperialista e anti-nacionalista. Es díder contra lo poder centrau, lo poder d'Estat e las suberestructuras ideologicas, l'intelligentsia, l'esquèrra francesa (e tanben l'esquèrra revolucionària francesa), e lo quite corrent reformista / regionalista demiei lo moviment nacionau occitan.

Pr'amor nos cau plan constatar que nat d'aqueths elements constitutius de la dominacion deu poder francés n'es pas contestat per las fòrças d'esquèrra francesas. Aqueras que son alinhadas sancèiras suu nacionalisma francés, que ne pòden pas briga redúsir a la sonque extrèma-dreta. Aqueth nacionalisma qu'èra present dens lo moviment obrèir dempuish lo son inici. Pas jamei se'n podot tirar. «La Marselhesa» cantada dab «l'Internacionau», lo drapèth tricolòre a ras deu drapèth roge, la veneracion de la «Revolucion francesa» e lo desbremb qu'estot miada politicament e ideologicament per la borgesia francesa que'n son las manifestacions publicas la mei vededèiras.

Lo nacionalisma francés es tanben l'emplec de tèrmas com « minoritats culturaus », « minoritats nacionaus », « lengas minoritàrias », « lengas regionaus », « minoritats regionaus ». Tèrmas emplegats sovent per las fòrças occitanistas. Per qué ? Pr'amor l'acostuma, lo timidèir o la paur d'anar contra lo corrent, la manca d'esperit critic, l'arrefús de pensar ?
S'i junta tanben lo tornar a l'òrdi deu jorn de las tèsas d'Otto Bauer dab «l'autonòmia culturau». Se gardan plan de's brembar qu'aqueras s'opausan radicaument au dret fondamentau deus pòbles –lo de l'autodeterminacion, de la desseparacion e de la creacion deu son estat pròpi. Que defenden lo principi de l'unitat de l'estat multinacionau avant los autes drets politics deus pòbles dependents, que ne's pòden pas lavetz sonque acontentar deus drets culturaus.

Un saut qualitatiu.

Es dens aqueste contèxte ideologic e politic hostile qu'Occitània, nacion shens estat, pòble shens cap poder politic de la consciéncia nacionau encara tròp flaca, diu dar endavant.
Los concèptes d'Occitània, d'occitan, d'occitanista, que's son a espandir. Un hialat d'associacions culturaus qu'agissen per la defénsa e la promocion de la nòsta lenga e de la nòsta cultura es adara present sus l'Occitània tota. Escribans, cantaires, artistas, ensenhaires de la lenga que's multiplican, estudiants e jovens s'organizan. Lo moviment de las escòlas Calandretas qu'es vadut una institucion coneishuda peu son tribalh segur e seriós.

Mès aquera creishénça quantitativa es a l'esper d'un saut qualitatiu important. Hòrt de militants associatius qu'an daun de s'emparar sus reflexions, accions e organizacions politicas entad acarar las soas tascas. La nòsta causa ne pòt pas mei estar portada per lo sonque moviment associatiu culturau, e mensh encara s'acontentar de las sonques iniciativas individuaus, atau com ic affirma Joan-Lois Blenet, president de la Confederacion de las escòlas Calandretas, en 2002 a Besièrs davant la Convencion occitana: « Nosautes, Calandretas, que n'èm ad un moment que i a un besunh – ic disi com una contribucion, un aperet taus que hèn politica- d'una paraula politica occitana. Pas dens un sens politician, mès d'una paraula que parli de la societat e que parli a la societat, d'un biais globau (…). I a besunh que lo politic respondi ad aquera interpellacion. »

Atau que s'anoncia la fin deu pragmatisma saludat trop sovent com un progres de l'occitanisme, alavetz que n'èra pas qu'una adaptacion forçada deus militants frent au vuit politic occitanista. Dab la creishénça de las revendicacions, la confrontacion dab lo poder que's hè cada còp mei dura, e se muisha tau com es : politica. N'i a pas, atau, de question linguistica e culturau occitana, mès una question politica occitana. Uèi lo dia, a trubès deu movement que naish lo daun de reflexion, de recèrca dab l'amira d'aucupar lo terrenh politic, en tot constatar las limitas de l'accion culturau.
Aqueth saut qualitatiu ne's pòt pas situar que dens lo maine de la consciéncia nacionau e sociau occitana. Se diu manifestar alavetz dab lo formulacion d'una navèra linha politica portada per una navèra organizacion politica.

Dens lo nòste processus de luta, la consciéncia nacionau es adara prioritària. Qu'es deu domèni de la coneishénça racionau e scientifica. Es la coneishénça de la nòsta realitat, de la nòsta istòria, deu mòde de formacion de la nòsta comunitat etnica mès tanben de la necessitat de la liberacion nacionau e sociau, deus objectius d'amirar e de la via a seguir enta'us aténher. Aquera consciéncia es lo movement nacionau e sociau miat per l'organizacion patriotica e revolucionària, arresult deu tribalh intellectuau miat per l'intellectuau collectiu que l'organizacion arrepresenta.

Aquí la fòrma deu combat anti-imperialista deu pòble occitan necessari taus sons drets nacionaus. A la soa hont se tròba la luta ideologica –aquò tanben dens los nòstes quites rèngs, luta de desseparar pas deu processus de desvelopament de la consciéncia nacionau e sociau occitana, de l'occitanisma navèth, patriotic e revolucionari.

Las trencaduras necessàrias

Am de miar una politica de trencadura : trencadura teorica e politica dab l'occitanisma regionalista-reformista e nacionalista reaccionari, entà quilhar lo nòste combat suu terrenh deus drets deus pòbles, de l'autodeterminacion, mès tanben trencadura dab lo nacionalisma francés de l'esquèrra e l'extrèma-esquèrra francesas.
Lo pòble occitan privat de tot dret politic en tant que pòble, shens possibilitat de decidir de la soa vita quotidiana com deu son avenir, es liurat a la politica de desnacionalizacion deus imperialismas francés, italian e espanhòu.

Entà préner en man la soa vita, entà tornar en tant que pòble e nacion dens l'istòria, a hrèita de la libertat de decidir sol e deus mijans d'ic har.
Atau, dens lo nòste combat interven la necessitat de pausar la question de l'autodeterminacion deu pòble occitan, non pas com una sonque question teorica, mès tanben com una question practica que diu víver au quotidian.

Anaram Au Patac Gasconha nòrd, Juillet 2009

------Traduction en français------

CONTRE LE NATIONALISME FRANÇAIS

Le concept de "France Etat-nation", principe politique de la "République indivisible, l'article 2 de la Constitution, l'interdiction de l'enseignement immersif dans l'enseignement public, constituent l'arsenal idéologique, juridique, politique et pédagogique avec lequel l'impérialisme français verrouille l'accès des peuples dépendants et coloniaux à leurs droits nationaux.

Ils doivent occuper une place centrale dans notre combat pour les droits nationaux du peuple occitan, nécessairement anti-impérialiste et anti-nationaliste. C'est-à-dire contre le pouvoir central, le pouvoir d'Etat et les superstructures idéologiques, l'intelligentsia, la gauche française (y compris l'extrême-gauche) et même le courant réformiste / régionaliste au sein du mouvement national occitan.
Car, force est de constater qu'aucun de ces éléments constitutifs de la domination du pouvoir français ne fait l'objet d'une remise en cause de la part des forces de gauche françaises. Elles sont totalement alignées sur le nationalisme français qui ne peut être réduit à la seule extrême-droite.
Les "rattachements" et "acceptations" perçus à gauche ne sont pas une erreur d'analyse, ou une méconnaissance de la réalité nationale. Ce nationalisme imprégnait le mouvement ouvrier dès ses premiers pas. Il ne put jamais s'y soustraire. "La Marseillaise" chantée avec "L'Internationale", le drapeau tricolore cotoyant le drapeau rouge, la vénération de la "Révolution française" et l'"oubli" qu'elle fut dirigée politiquement et idéologiquement par la bourgeoisie française en sont les manifestations publiques les plus évidentes.

Le nationalisme français c'est encore l'emploi de termes tels que "minorités culturelles", "minorités nationales", "langues minoritaires", "langues régionales","minorités régionales". Des termes souvent repris par les forces occitanistes. La raison? L'habitude, la timidité ou la peur d'aller à contre-courant, le manque d'esprit critique, le refus de penser ?
Y participe aussi la remise au goût du jour des thèses d'Otto Bauer avec l'"autonomie culturelle". On se garde bien de rappeler que celles-ci s'opposent radicalement au droit politique fondamental des peuples, celui de l'autodétermination, de la séparation et de la création de son propre Etat. Qu'elles défendent le principe de l'unité de l'Etat multinational avant tout droit politique des peuples dépendants qui ne peuvent se contenter alors que de droits culturels.

Un saut qualitatif

C'est dans ce contexte idéologique et politique hostile que l'Occitanie, nation sans Etat, peuple sans pouvoir politique à la conscience nationale encore trop peu développée, doit aller de l'avant.
Les concepts Occitanie, occitan, occitaniste, sont maintenant répandus. Un tissu d'associations culturelles qui agissent pour la défense et la promotion de notre langue et de notre culture couvre l'Occitanie entière. Ecrivains, chanteurs, artistes, enseignants de la langue se multiplient, étudiants et jeunes s'organisent. Le mouvement des écoles Calandretas est devenu une institution reconnue par son travail sûr et sérieux.

Mais cette croissance quantitative est en attente d'un saut qualitatif important. De nombreux militants associatifs ont besoin de s'appuyer sur des réflexions, des actions et des organisations politiques pour faire face à leurs tâches. Notre cause ne peut plus être portée par le seul mouvement associatif culturel, encore moins se contenter des seules initiatives individuelles ainsi que le formule Joan-Loïs BLENET, président de la Confédération des écoles Calandretas, en 2002 à Béziers devant la Convention occitane: "Nous sommes, nous autres Calandretas, à un moment où il y a un besoin - je le dis à titre de contribution, d'appel à ceux qui font de la politique - d'une parole politique occitane. Pas dans un sens politicien, mais d'une parole qui parle de la société et qui parle à la société, d'une façon globale (...) Il y a besoin que le politique se mette à répondre à cette interpellation"(20).

Ainsi sonne la fin du pragmatisme trop souvent salué comme un progrès de l'occitanisme tandis qu'il n'était qu'une adaptation obligée des militants face au vide politique occitaniste. Avec la croissance des revendications la confrontation avec le pouvoir devient toujours plus dure et apparaît pour ce qu'elle est, politique. Il n'y a donc pas de question linguistique et culturelle occitane, mais une question politique occitane. Aujourd'hui, à travers le mouvement naît un besoin de réflexion, une recherche dans le but d'occuper le terrain politique, tout en constatant les limites de l'action culturelle.

Ce saut qualitatif ne peut être que du domaine de la conscience nationale et sociale occitane. Il doit alors se traduire par la formulation d'une nouvelle ligne politique portée par une nouvelle organisation politique.
Dans notre processus de lutte, la "conscience nationale" est désormais première. Elle est du domaine de la connaissance rationnelle et scientifique. C'est la connaissance de notre réalité, de notre histoire, de la formation de notre communauté ethnique mais aussi de la nécessité de la libération nationale et sociale, des objectifs à se fixer et de la voie à suivre pour les atteindre. Cette conscience est le mouvement national et social mené par l’organisation patriotique et révolutionnaire, résultat du travail intellectuel mené par l'intellectuel collectif que représente l’organisation.

C’est le décor du nécessaire combat anti-impérialiste du peuple occitan pour ses droits nationaux. A son fondement se trouve la lutte idéologique y compris dans nos propres rangs, inséparable du processus de dévelloppement de la conscience nationale et sociale occitane, de l’occitanisme nouveau, patriotique et révolutionnaire.

Des ruptures nécessaires

Une politique de ruptures est à mener: rupture théorique et politique avec l’occitanisme régionaliste-réformiste et nationaliste réactionnaire, afin de placer notre combat sur le terrain du droit des peuples, de l’autodétermination, rupture avec le nationalisme français de la gauche et de l’extrême-gauche françaises.
Le peuple occitan privé de tout droit politique en tant que peuple, sans possibilité de décider de sa vie quotidienne comme de son avenir, est livré à la politique de dénationalisation des impérialismes français, italien et espagnol.

Pour prendre sa vie en mains, pour revenir en tant que peuple et nation dans l'histoire, il a besoin de la liberté de décider seul et des moyens de le faire.
Ainsi, dans notre combat se pose la nécessité de poser la question de l'autodétermination du peuple occitan, non pas simplement comme une question théorique mais aussi comme une question pratique qui doit vivre au quotidien.

Anaram Au Patac Gasconha nòrd, Juillet 2009


Réagir sur le Forum FPL

Publié dans Occitania

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article