Hô Chi Minh : Le combat du tigre et de l'éléphant

Publié le par Ghjuvà

 


Sommaire

I Le combat du tigre et de l’élephant

II Citations

III déclaration d’indépendance du Viêt Nam

IV Quelques dates

V Liens

 

 

 

I) le combat du tigre et de l’éléphan

 

Le 2 septembre 1945 Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Viêt nam. Le 2 septembre 1969, Hô Chi Minh décède sur son lit médicalisé d’Hanoï.

Date doublement importante pour le peuple Vietnamien, le 2 septembre est l’occasion pour nous de se souvenir de la victoire du tigre sur l’éléphant*.

 

Pour la plus part des occidentaux, viêt minh ou encore viêt cong riment avec barbares sanguinaires des jungles asiatiques, la faute en grande partie au cinéma qui occulte totalement la dimension « lutte de libération nationale » pour se confondre dans un patriotisme franco-americain aveugle. Ce peuple qui a su briser l’arrogance de deux des plus grandes puissances coloniales de ce monde mérite pourtant d’être cité en exemple. La mise en perspective avec nos luttes est intéressante. Nous y reviendrons après un bref rappel historique.

 

L’histoire contemporaine du Viêt Nam est indissociable de celle d’Hô Chi Minh, Nguyen Aï Quoc de son vrai nom.

Né le 19 mai 1890, il grandit dans le petit village de Kim Liên (aujourd’hui rasé) dans le nord de l’Annam. Ses yeux d’enfants furent très vite témoin de l’humiliante injustice coloniale, à travers notamment la révocation de son père. En 1911 il part en Europe pour "aller étudier à l'étranger et revenir aider le pays" d’après ses propres mots. De 1914 à 1919 il vit à Londres puis en  1919 il s’installe à Paris. Il y écrira un manifeste, « Revendications du peuple Annamite », dans lequel il demande la création d’un état démocratique et indépendant au Viêt Nam. Le jeune homme gagne sa vie en tant que photographe.

En 1920 Nguyen entre au parti communiste français. C’est en 1923 qu’il arrive à Moscou sur invitation de Dmitri Manouilsky. Là bas, il suit la formation du Komintern.

Le réseau de contacts ainsi créé, lui permet de mettre en place un Parti communiste indochinois (PCI) avec l’aide de Mao.

Le PCI concerne le Laos le Viêt Nam et le Cambodge.

 

En 1941 Nguyen Aï Quoc rentre au Viêt Nam et crée la « ligue pour l'indépendance du Viêt Nam » (ou Viet Minh) dont le but est de lutter contre le colonialisme français et l’impérialisme japonais.

 

 

« L'occasion nous est favorable,

Soulevons-nous, récupérons la terre de nos ancêtres.

Ils sont peu nous sommes beaucoup.

J'en appelle aux fils de Dragons et petits-fils d'immortels ! »

Hô Chi Minh -1941

 

 

1942, Nguyen prend le nom d’Hô Chi Minh (Hô à la Volonté éclairée) et le Viêt Minh s’organise en état dans l’état. Cette année là, Hô est emprisonné pour une année. En 1943 il dirige le gouvernement provisoire Vietnamien.

Le 2 septembre 1945 Hô Chi Minh proclame l’indépendance du Viet Nam  sur la place Ba Dinh à Hanoï.

Les négociations avec la France échoue ce qui conduit à la « 1 ere guerre d’indochine » (1946-54).Cette dernière est perdue par les français à Diên Biên Phu.

Le pays est alors divisé en deux, la République Démocratique du Viêt Nam au Nord du 17e parallèle dirigé par Hô Chi Minh , et la République du Viêt Nam au Sud dirigée par Ngô Dinh Diêm avec le soutien des USA.

 

A partir de 1959 débute la  « 2e Guerre d’Indochine ou guerre du Viêt Nam »

En 1960 Hô Chi Minh crée le Front national pour la libération du Viêt Nam (ou Viet Cong) afin réunifier le Viêt Nam.

En 1963  les patriotes du sud persécutés, renversent Diêm avec l’aide du Viet Cong.

Les Américains entrent en guerre et  la perdent en 1975. Mais « oncle Hô » n’est plus là pour voir son pays unifié. Hô Chi Minh est mort le 2 septembre 1969 à Hanoï, il aurait, dit on, arraché ses perfusions choisissant ainsi la date de sa mort..

Le 2 juillet 1976 le Viêt Nam est officiellement uni, la ville de Saigon change de nom pour devenir Thành phố Hồ Chí Minh (Hô-Chi-Minh-Ville).

1979,la « 3e guerre d’Indochine ou Guerre sino-vietnamienne » dans laquelle la Chine tente de récupérer le contrôle de son voisin trop proche de l'Union soviétique mais qui est rapidement repoussée par des milices populaires alors que l'armée régulière est occupée au Cambodge.

 

Les plaies de cette guerre ne sont toujours pas refermées, les produits chimiques utilisés sur la population polluent encore la terre et les hommes. L’agent orange, puissant défoliant de la firme Monsanto continue d’être responsable de graves malformations congénitales.Au jour d’aujourd’hui, la guerre du Viêt Nam continue de faire des victimes.

 

Ce peuple qui a gagné son indépendance au prix de lourdes guerres, est aujourd’hui menacé par un colonialisme nouvelle formule : le tourisme de masse.

Véritable fléau lorsqu’il n’est pas encadré, le tourisme de masse est en train de défigurer le Viêt Nam. Les conséquences néfastes sont multiples, outre les dégâts écologiques connus (construction anarchique, bétonisation des côtes) il cause également des dégâts sociaux et culturels.

Le prix des terrains étant largement abordable au regard des prix européens, les occidentaux (rejoint par les Chinois), grosse compagnie ou simples particuliers, se ruent sur la moindre parcelle de terrain. La conséquence première est connue ; une augmentation conséquente du foncier, interdisant à l’autochtone l’accès à la propriété. Autre effet néfaste sur le long terme, l’arrivé d’une colonie de peuplement, avec des étrangers à la tête des entreprises, notamment celle en rapport avec le tourisme.

Ces maux touchent également les peuples en lutte d’Europe mais n’étant ni indépendant ni même reconnu, difficile d’influer le cours des choses. L’exemple vietnamien est intéressant a ce titre là également, il nous rappel que l’indépendance n’est pas une fin en soi.Mais qu'elle doit être suivi de réforme et d’une conduite politique dans le droit fils des idées révolutionnaires qu’il l’ont impulsé. Remplacer un drapeau par un autre ne nous délivrera qu’en apparence.

 

 

 

 

II) Citations d’Hô Chi Minh

 

 

*« L'esprit de l'homme est plus fort que ses propres machines...

Ce sera une guerre entre un tigre et un éléphant. Si jamais le tigre s'arrête,

l'éléphant le transpercera de ses puissantes défenses. Seulement le tigre ne

s'arrêtera pas. Il se tapit dans la jungle pendant le jour pour ne sortir que la nuit. Il

s'élancera sur l'éléphant et lui arrachera le dos par grands lambeaux puis il

disparaîtra à nouveau dans la jungle obscure. Et lentement l'éléphant mourra

d'épuisement et d'hémorragie. Voilà ce que sera la guerre d'Indochine. »

 

« Que celui qui a un fusil se serve de son fusil, que celui qui a une épée se serve de son épée… Que chacun combatte le colonialisme. »

 

«Le prix de l'homme baisse quand il n'a plus l'usage de sa liberté.»

 

 

 

 

 

III) Déclaration d’indépendance de la République démocratique du Viet-nam

 

Hanoi, 2 septembre 1945

 

«Tous les hommes naissent égaux. Le Créateur nous a donné des droits inviolables, le droit de vivre, le droit d'être libres et le droit de réaliser notre bonheur.»

 

Cette parole immortelle est tirée de la Déclaration d'Indépendance des États-Unis d'Amérique en 1776. Prise dans un sens plus large, cette phrase signifie : tous les peuples sur la terre sont nés égaux ; tous les peuples ont le droit de vivre, d'être heureux, d'être libres.

 

La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de la Révolution française de 1791 proclame également : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. »

 

Ce sont là des vérités indéniables.

 

Et pourtant, pendant plus de quatre-vingts années, les colonialistes français, abusant de drapeau de la liberté de l'égalité, de la fraternité, ont violé notre terre et opprimé nos compatriotes. Leurs actes vont directement à l’encontre des idéaux d'humanité et de justice.

 

Dans le domaine politique, ils nous ont privés de toutes les libertés.

 

Ils nous ont imposé les lois inhumaines. Ils ont constitué trois régimes politiques différents dans le Nord, le Centre et le Sud du Viet Nam pour détruire notre unité nationale et empêcher l’union de notre peuple.

 

Ils ont construit plus de prisons que d'écoles.  Ils ont sévi sans merci contre nos patriotes. Ils ont noyé nos révolutions dans les fleuves de sang. Ils ont jugulé l’opinion publique et pratiqué une politique d'obscurantisme. Ils nous ont imposé l'usage de l'opium et de l'alcool pour affaiblir notre race.

 

Dans le domaine économique, ils nous ont exploités jusqu'à la moelle, ils ont réduit notre peuple à la plus noire misère et saccagé impitoyablement notre pays.

 

Ils ont spolié nos rizières, nos mines, nos forêts, nos matières premières. Ils ont détenu le privilège d'émission des billets de banque et le monopole du commerce extérieur.

 

Ils ont inventé des centaines d'impôts injustifiables, acculé nos compatriotes, surtout les paysans et les commerçants, à l'extrême pauvreté.

 

Ils ont empêché notre bourgeoisie nationale de prospérer.  Ils ont exploité nos ouvriers de la manière la plus barbare.

 

En automne 1940, quand les fascistes japonais, en vue de combattre les Alliés, ont envahi l'Indochine pour organiser de nouvelles bases de guerre, les colonialistes français se sont rendus à genoux pour leur livrer leur pays.

 

Depuis, notre peuple, sous le double joug japonais et français, a été saigné littéralement.  Le résultat a été terrifiant.  Dans les derniers mois de l’année passée et le début de cette année, du Quang Tri au Nord Viet Nam, plus de deux millions de nos compatriotes sont morts de faim.

 

Le 9 mars dernier, les Japonais désarmèrent les troupes françaises.  Les colonialistes français se sont enfuis ou se sont rendus. Ainsi, bien loin de nous « protéger » en l'espace de cinq ans, ils ont par deux fois vendu notre pays aux Japonais.

 

Avant le 9 mars, à plusieurs reprises, la Ligue Viet Minh a invité les Français à se joindre à elle pour lutter contre les Japonais.  Les colonialistes français, au lieu de répondre à cet appel, ont sévi de plus belle contre les partisans du Viet Minh. Lors de leur débandade, ils sont allés jusqu’à assassiner un grand nombre de prisonniers politiques incarcérés à Yen Bay et à Cao Bang.

 

Malgré tout cela, nos compatriotes on continué à garder à l’égard des Français une attitude clémente et humaine. Après les événements du 9 mars, la Ligue Viet Minh a aidé de nombreux Français à passer la frontière, en a sauvé d’autres de prisons nippones et a protégé la vie et les biens de tous les Français.

 

En fait, depuis l’automne de 1940, notre pays a cessé d’être une colonie française pour devenir une possession nippone.

 

Après la reddition des Japonais, notre peuple tout entier s’est dressé pour reconquérir sa souveraineté nationale et a fondé la République démocratique du Viet Nam.

 

La vérité est que notre peuple a repris son indépendance des mains des Japonais et non de celles des Français.

 

Les Français s'enfuient, les Japonais se rendent, l'empereur Bao Dai abdique.  Notre peuple a brisé toutes les chaînes qui ont pesé sur nous durant près d'un siècle, pour faire de notre Viet Nam un pays indépendant. Notre peuple a, du même coup, renversé le régime monarchique établi depuis des dizaines de siècles, pour fonder la République démocratique.

 

Pour ces raisons, nous, membres du gouvernement provisoire, déclarons, au nom du peuple du Viet Nam tout entier, nous affranchir complètement de tout rapport colonial avec la France impérialiste, annuler tous les traités que la France a signés au sujet du Viet Nam, abolir tous les privilèges que les Français se sont arrogés sur notre territoire.

 

Tout le peuple du Viet Nam, animé d’une même volonté, est déterminé à lutter jusqu’au bout contre toute tentative d’agression de la part des colonialistes français.

 

Nous sommes convaincus que les Alliés qui ont reconnu les principes de l’égalité des peuples aux conférences de Téhéran et de San Francisco, ne peuvent pas ne pas reconnaître l’indépendance du Viet Nam.

 

Un peuple qui s’est obstinément opposé à la domination française pendant plus de quatre-vingts ans, un peuple qui, durant ces années, s’est résolument rangé du coté des Alliés pour lutter contre le fascisme, ce peuple a le droit d’être libre, ce peuple a le droit d’être indépendant.

 

Pour ces raisons, nous, membres du gouvernement provisoire de la République démocratique du Viet Nam, proclamons solennellement au monde entier :

 

Le Viet Nam a le droit d'être libre et indépendant et, en fait, est devenu un pays libre et indépendant.  Tout le peuple du Viet Nam est décidé à mobiliser toutes ses forces spirituelles et matérielles, à sacrifier sa vie et ses biens pour garder son droit à la liberté et à l’indépendance.

 

 

 

 

IV) Dates importantes

 

# 1858 : débarquement des Français à Da Nang ;

# 1865 : fondation de la colonie française de la Cochinchine ;

# 1884 : fondation du protectorat français sur le Tonkin ;

# 1930 : fondation du Parti communiste indochinois ;

# 1940 : occupation japonaise avec l’accord des autorités de l’État français de Vichy ;

# 1941 : fondation du Việt Minh et début de la Résistance viêtnamienne ;

# 25 août 1945 : départ des troupes japonaises et abdication de l’empereur Bảo Đại ;

# 2 septembre 1945 : proclamation de l’indépendance du Viêt Nam par Hô Chi Minh

# 1946–1954 : Guerre d'Indochine ;

# 1949 : création de l’État du Viêt Nam au Sud par l’administration française, avec pour chef d’État Bảo Đại et premier ministre Ngô Đình Diệm ;

# 7 mai 1954 : défaite française de Diên Biên Phu ;

# 20 juillet 1954 : signature des accords de Genève, partition du pays au niveau du 17e parallèle avec au Nord, un État communiste, la République Démocratique du Viêt Nam (RDVN ou Nord-Viet Nam), fondé par Hô Chi Minh et, au Sud, la République du Viêt Nam (RVN ou Sud-Viet Nam), régime nationaliste et d’économie de marché proclamé par Ngô Đình Diệm ;

# 1956 : refus par le président de la République du Viêt Nam, Ngô Đình Diệm, d’organiser des élections ; arrivée des premiers conseillers militaires américains ; réactivation des réseaux Việt Minh au Sud ;

# 1958–1975 : guerre du Viêt Nam ;

# janvier-février 1968 : offensive du Têt ;

# 2 mars 1973 : signature des Accords de Paris ;

# 30 avril 1975 : défaite du Sud, victoire du Nord et du Việt Cong, fin de la guerre du Viêt Nam ;

# 2 juillet 1976 : réunification officielle en une République socialiste du Viêt Nam avec Hanoï pour capitale ; dans le même temps, Saïgon devient Hô Chi Minh Ville ;

# 20 septembre 1977 : admission du Viêt Nam à l’Organisation des Nations unies (ONU) ;

# 1979 : Le Viêt Nam met fin au régime des Khmers Rouges. Occupation du Cambodge ;

# février-mars 1979 : Conflit de la frontière sino-viêtnamienne ;

# 23 juillet 1980 : premier cosmonaute vietnamien lancé dans l’espace Phạm Tuân ;

# 1986 : début de la politique d’ouverture économique du Viêt Nam ;

# Septembre 1989 : les troupes vietnamiennes quittent définitivement le Cambodge ;

# 4 février 1994 : levée de l’embargo américain sur le Viêt Nam ;

# 28 juillet 1995 : admission du Viêt Nam à l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est ASEAN ;

# 11 janvier 2007 : accession du Viêt Nam à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ;

# 16 octobre 2007 : élection du Viêt Nam au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies.

# 18 avril 2008 : lancement du premier satellite commandité par le Viêt Nam VINASAT-1.

 

 

 

V) Liens

 

Hô Chi Minh et la décolonisation

 

Hô Chi Minh


Le Viêt Minh

 

La guerre d'indochine

 

Révolution d'Aout

 

La guerre du Viêt Nam

 

L'offensive du Têt

 

Autodetermination

 

 

Réagir sur le Forum FPL

 

  Vietnam viet nam saigon ho chi minh indochine france etats unis USA

Publié dans Peuples en Lutte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article