Manifestation pro-palestinienne lors d'un match de basket

Publié le par FPL



A l’occasion d’un match "amical" Maccabi Tel aviv contre Nancy, une quarantaine de militants essentiellement AFPS ont déployé des banderoles et distribué des tracts à l’entrée du palais des sports. Bon accueil en général des spectateurs, pas de réaction hostile, même parfois des encouragements. Ci joint le tract distribué et l’article de Ouest France ce matin :



PENDANT CE MATCH DE BASKET,

EN PALESTINE

L’OCCUPATION ET LA COLONISATION CONTINUENT.

 

La présence à Nantes d’une équipe de basket israélienne est une occasion pour dénoncer la politique du gouvernement israélien qui s ‘engage toujours plus avant dans la violence de l’occupation, de la colonisation, la violation des droits humains et du droit international.

Pendant que les joueurs de Tel aviv disputent leur match :

            À Gaza, on vit toujours au milieu des ruines et sous les tentes : le ciment n’entre pas et les Gazaouis, confinés dans leur prison à ciel ouvert dépendent de l’aide internationale pour leur vie quotidienne.

            En Cisjordanie où quelques check-points ont été levés, les villages en lutte contre le Mur sont de plus en plus  sévèrement réprimés. Incursions nocturnes à répétition, arrestations de jeunes et chantage pour les amener à dénoncer les organisateurs de la lutte, arrestations des responsables soumis à des cautions astronomiques pour être libérés…

La colonisation se poursuit malgré son caractère illégal  et les demandes de gel formulées par Obama. Cela rend impossible la création d’un Etat palestinien.

L’enquête menée par les experts de l’ONU à Gaza établit que l’attaque israélienne de l’hiver dernier était « soigneusement planifiée » de manière à « punir, humilier et terroriser » les habitants de Gaza. La responsabilité en incombe « en premier lieu à ceux qui ont conçu et planifié les opérations ». Ce rapport de 575 pages a provoqué la fureur des dirigeants israéliens qui, bien que la responsabilité du Hamas soit aussi pointée, ont bien compris qu’ils risquent à terme de devoir répondre de l’accusation de crime de guerre, voire de crime contre l’humanité.

Pas étonnant donc d’entendre les responsables israéliens et leurs habituels relais médiatiques s’en prendre à l’ONU et crier au complot. Ce n’est que pitoyable alors que les enquêteurs se sont vu refuser l’accès à Israël et à la Cisjordanie par les autorités d’occupation… 

 

 

Les droits des Palestiniens sont bafoués depuis trop longtemps, nous devons agir !

 

La politique coloniale d’Israël  se poursuit parce que personne ne l’arrête. Puisque les Etats ne jouent pas leur rôle, c’est à nous citoyens de nous mobiliser 

 

Nous appelons à signer la pétition internationale destinée à l’ONU (disponible en ligne sur notre site -voir adresse au recto-) pour la constitution d’un tribunal pénal à même de juger des crimes commis lors de l’attaque de Gaza. Il faut en effet que l’ONU se saisisse du rapport de ses experts et engage des poursuites envers l’Etat d’Israël dont l’armée, selon ce rapport, a commis "des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l’humanité »

Nous mettons en garde les responsables politiques qui, faisant fi de la violation constante par Israël du droit international et du droit humanitaire, jugeraient opportun de développer des relations de partenariat avec les entreprises israéliennes complices de la colonisation.

La campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions à l’appel des ONG palestiniennes prend de l’ampleur, rejointe notamment par les syndicats britanniques et, en France, par le « Collectif pour une Paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens ». Avec déjà des résultats en Norvège, en Suède ou avec le procès que nous intentons à Alstom et Véolia pour la construction de tramway colonial de      Jérusalem-Est.

QUI SIFFLERA EN PALESTINE LA FIN DE L’OCCUPATION ?

24 Septembre 2009

  Association France Palestine Solidarité

Réagir sur le forum FPL

Publié dans Peuples en Lutte

Commenter cet article