46% des internautes ne condamnent pas l'operation commando du FLNC à Pietrosella

Publié le par FPL

http://infurmazione.unita-naziunale.org/wp-content/gallery/image_64551887-1-300x199.jpg

Photo AFP via unità naziunale

 

Après l’attentat qui a totalement dévasté sa résidence secondaire de l’Isolella, Jean-Bernard Lafonta et sa famille ont regagné le Continent. Le préfet de Corse, Stéphane Bouillon, avait promis jeudi de fournir très rapidement des papiers à la famille de l’ex-président du directoire du groupe Wendel. Toutes ses affaires ayant brûlé dans l’incendie qui a suivi les explosions.

Face à des victimes choquées, les services de l’État ont apparemment été très diligents dans cette affaire.

Opinion partagée (46 % ne condamnent pas)

Une légère surprise tout de même en observant les résultats du sondage mis en ligne sur notre site www. corsematin.com. 

Sur environ 500 exprimés, 54 % des internautes condamnent et 46 % ne condamnent pas. Un chiffre de condamnation bien moindre que dans d’autres cas similaires.

 

Corse matin

 

 

Un sondage pas si surprenant ?  (Aujourd'hui 12h46)

(Alex Bertocchini - Alta Frequenza) - 46 % ne condamnent pas et 54 % condamnent, c’est le résultat surprenant d’un sondage réalisé par Corse-Matin au lendemain de l’opération commando à Pietrosella. Cette opération rappelons-le conduite par un commando d’une dizaine d’hommes s’est achevée par la destruction totale d’une grande villa appartenant à un industriel continental. Ce résultat finalement n’est pas aussi surprenant que cela car il est révélateur apparemment de la forte tension qui règne dans l’opinion publique à propos de tout ce qui touche à la problématique de l’immobilier. On ne reparle pas de la flambée des loyers et des coûts exorbitants qu’atteignent aujourd’hui les terrains à bâtir. Des phénomènes qui plongent dans la difficulté voire la précarité un nombre de plus en plus important de foyers corses. Les réactions finalement ont été peu nombreuses à se manifester sinon celles de hauts responsables politiques un peu dans l’obligation, si l’on peut dire, de le faire. Mais cela n’a pas suscité autant de réaction comme ça avait pu être le cas il y a quelques semaines encore à Ocana.

 

Comment peut-on lire ce qui pourrait constituer une nouvelle donne politique. Ecoutons jean Christophe Angelini pour le PNC

 

 

 

A lire :

Opération commando du FLNC contre la villa pieds dans l'eau de l'ex-président du groupe Wendel

Publié dans Corsica

Commenter cet article