80 interpellations en relation avec le PKK dans les Etats français et italien

Publié le par FPL

AP | 26.02.2010 | 17:43

O
nze personnes ont été interpellées par la SDAT (Sous-direction antiterroriste) dans le sud de la France, vendredi matin, dans le cadre d'une enquête préliminaire du parquet de Paris portant sur les réseaux terroristes kurdes (Turquie), a-t-on appris de sources policière et judiciaire. Conjointement, la police italienne a interpellé 69 personnes dans la même affaire.

 

Les suspects, âgés d'une vingtaine d'années à 55 ans, de nationalités turque pour la plupart mais également française ont été interpellés à Marseille, Draguignan, Montpellier, Grenoble et dans une ferme sur le plateau du Larzac (Aveyron) qui servait de camp d'entraînement aux jeunes Kurdes voulant se rendre au Kurdistan. Ils ont été placés en garde à vue dans ces différentes villes, a-t-on appris de mêmes sources.

 

Ces personnes sont soupçonnées d'avoir servi au recrutement et à la formation de jeunes pour les envoyer combattre au Kurdistan, région montagneuse du sud-est de la Turquie et du nord de l'Irak, en guérilla pour plus d'autonomie du côté turc.

 

L'enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris en décembre 2008 et des interpellations précédentes portaient sur le financement du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Pour la première fois, des interpellations visent les camps de formation et d'entraînement de jeunes kurdes qui souhaitent combattre au Kurdistan, selon une source judiciaire.

 

Des perquisitions ont eu lieu dans des sièges d'associations à Marseille et à Montpellier. Trois armes de poing, un fusil à pompe, de la documentation et du matériel informatique ont été saisis, a-t-on appris de source policière.

Les onze personnes devraient être transférées en région parisienne dans les locaux de la SDAT (Sous-direction antiterroriste) ce week-end avant une éventuelle mise en examen mardi.


Cette opération a été menée conjointement avec la police italienne qui a interpellé 69 personnes dont six Français, vendredi matin, dans la région de Pise. Trois cadres présumés du PKK, apparus dans l'enquête française et passés du côté italien, ont été interpellés à cette occasion. AP

 

http://www.secoursrouge.org/index/manifpkkfrance.jpg

 

Secours Rouge/APAPC

28 février 2010

France-Italie: Précisions sur l'opération anti-PKK

 

En plus des onze personnes ont été interpellées par la Sous-direction antiterroriste (SDAT) dans le sud de la France, vendredi matin, dans le cadre d’une enquête préliminaire du parquet de Paris visant le PKK, la police italienne a interpellé 69 personnes dont six Français dans la région de Pise, dans la même affaire.

 

En France, les suspects, de nationalité turque pour la plupart mais également française, ont été interpellés à Marseille, Draguignan, Montpellier, Grenoble et dans une ferme sur le plateau du Larzac qui aurait servi de camp d’entraînement aux jeunes Kurdes voulant se rendre dans la guérilla au Kurdistan. Ils ont été placés en garde à vue dans ces différentes villes.

 

Des perquisitions ont eu lieu dans des sièges d’associations à Marseille et à Montpellier. Trois armes de poing, un fusil à pompe, de la documentation et du matériel informatique auraient été saisis. Les onze personnes devaient être transférées en région parisienne dans les locaux de la SDAT ce week-end avant une éventuelle mise en examen mardi.

 

Suite à ces arrestations, un millier de Kurdes ont manifesté samedi après-midi dans les rues de Marseille pour protester contre la répression policière (photo). Les manifestants ont défilé derrière une grande banderole rouge et noire barrée de la mention 'Solidarité internationale: libérez nos camarades kurdes'. Ils ont entonné 'L'Internationale' et scandé des slogans, tels que 'Solidarité politique pour le Kurdistan' ou encore 'Le peuple kurde n'est pas un peuple terroriste'.

Publié dans Peuples en Lutte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article