Arrestation de militants basques dont Arnaldo Otegi ( batasuna)

Publié le par FPL




Une dizaine de militants basques ont été interpellés. Ils sont soupçonnés d'avoir "tenté de reconstruire la direction de Batasuna sur instructions de l'ETA", a-t-on appris de source policière.
Imprimer Imprimer

Dix personnes, dont Arnaldo Otegi, ont été interpellées en Gipuzkoa (Pays Basque sud) dans une opération policière destinée à éviter la reconstruction de la direction de la gauche abertzale interdite par la justice espagnole.

L'ancien porte-parole de la gauche abertzale Arnaldo Otegi, l'ancien dirigeant de Batasuna Rufino Etxeberria, l'ancien secrétaire général du syndicat basque LAB Rafael Diez Usabiaga, Sonia Jacinto, Arkaitz Rodriguez, Miren Zabaleta, José Manuel Serra, Amaia Esnal et Jose Luiz Moreno Sagües se trouvaient parmi les personnes interpellées, selon l'agence EFE citant des sources de la lutte anti-terroriste.

Une dizième militante, Ainara Oiz Elgorriaga, a été interpellée alorsqu'elle tentait de dissimuler des documents, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Les interpellations se sont produites lors d'une réunion à laquelleparticipaient les détenus, au siège du syndicat LAB de Saint-Sébastien,en Gipuzkoa. L'opération policière a été ordonnée par le juge espagnolde l'Audience nationale, Baltasar Garzon.

Les militants indépendantistes basques interpellés sont soupçonnés d'avoir "tenté de reconstruire la direction de Batasuna sur instructions de l'ETA", ont indiqué des sources policières. La secrétaire générale de LAB, Ainhoa Etxaide, par contre, a durement critiqué que M. Garzon "fait irruption dans la politique du Pays Basque" au moment où "de nouvelles choses commencent à apparaître".

Les anciens dirigeants de Batasuna seraient en train de se réorganiser pour réapparaître dans la vie politique de façon légale et en prenant ses distances par rapport avec la violence de l'ETA.

Batasuna est interdit par la justice espagnole depuis 2003, en raison de ses liens présumésavec l'organisation armée ETA, dont il est considéré comme le braspolitique.

Poursuivi dans plusieurs procédures, Arnaldo Otegi avait été incarcéré en juin2007 en vertu d'unecondamnation à 15 mois de prison pour apologie du terrorisme. Il a été remis en liberté fin août 2008.

Le ministre espagnol de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, a averti à plusieurs reprises que Batasuna et aucun autre parti prête-nom ne serait légalisé tant qu'existerait l'ETA, même s'il condamnait la violence. D'où la pression constante de Madrid sur la mouvance indépendantiste et les nombreuses actions policières.

Source EiTB

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article