Attentat contre un centre de recrutement de l'armée de terre à Bastia

Publié le par FPL

http://www.cidancorse.fr/images_site/LOGOS/logo_armeeterre.jpg

 

Un centre de recrutement de l’Armée de terre a été la cible d’un attentat à l’explosif dans la nuit de lundi à mardi à Bastia. Les dégâts provoqués par l’explosion d’une charge à 02H00 contre l’édifice situé dans le centre de Bastia ont été qualifiés de peu importants. L’attentat n’a pas été revendiqué.

Une campagne de recrutement pour l’Armée Française dans les journaux était à la une ces dernières semaines…

 

source Unità Naziunale

 

http://www.corsematin.com/media_corsematin/imagecache/article-taille-normale-nm/webpipe/2010-11/2010-11-03/NM-312410.jpg

 

Un attentat à l'explosif a visé, dans la nuit de lundi à mardi à Bastia, les locaux du centre d'information et de recrutement des forces armées (Cirfa) de la Haute-Corse. Il était environ 2 heures du matin lorsqu'a eu lieu l'explosion. Cette charge a provoqué des dégâts importants à l'intérieur de ces locaux situés à l'angle des rues Carnot et Chanoine Colombani non loin d'ailleurs de la préfecture de Haute-Corse. Le ou les auteurs de l'attentat ont réussi à faire glisser les explosifs sous le rideau métallique situé rue Colombani.

Le souffle de l'explosion a dévasté un bureau et a projeté des débris du rideau métallique sur la chaussée, provoquant des dégâts collatéraux. Cinq voitures et un scooter ont, en effet, été endommagés par les débris.

Les lieux ont aussitôt été sécurisés par les policiers de la direction de la sécurité publique afin de permettre l'intervention des démineurs de la sécurité civile basés au commissariat de Bastia et d'un chien spécialisé dans la recherche d'explosifs de la DDSP. L'antenne bastiaise de la direction régionale de police judiciaire de Corses ayant par la suite été saisie de l'enquête de flagrance, ses enquêteurs, ainsi que les techniciens de l'identification judiciaire, ont procédé aux premières constatations. Aucune signature n'a été retrouvée sur place.

Comme c'est souvent le cas dans ce genre d'affaires, la section C1 (antiterroriste) du parquet de Paris a été saisie. L'enquête a été confiée aux policiers de la SDAT et de la PJ de Corse. Ce n'est pas la première fois que ces bureaux militaires sont la cible d'un attentat.

Le préfet de la Haute-Corse a condamné, dans un communiqué, cet acte et a apporté « son total soutien à l'ensemble des militaires du centre qui assurent une mission importante d'information et de conseil aux personnes intéressées par un projet professionnel au sein de l'armée de terre. » Il « assure également de sa solidarité les riverains indirectement victimes de cet acte. »

 

Corse Matin


Publié dans Corsica

Commenter cet article