Audrey Hoc interdite de parole et persona non grata au siège de l'ONU à New-York

Publié le par FPL

http://autochtonia.hautetfort.com/media/01/01/241250051.jpg


La représentante d'Autonomia Eraiki, Audrey Hoc n'a pu entrer le 19 avril dernier à la 9e session de l'instance permanente aux questions autochtones de l'ONU à New-York.

«Nous sommes arrivés Jojo Bidart et moi, au bureau des inscriptions. Et l'on m'a dit que je ne pourrai pas rentrer. En fait il y a eu une plainte de Bartolomeo Clavero qui fait partie de la commission d'experts où siègent 18 membres, 9 pour les gouvernements et 9 représentants les peuples autochtones. Bartolomeo Clavero fait partie des représentants des gouvernements de l'Europe de l'Ouest, il est vice-président. Mais il n'est pas représentant du gouvernement espagnol. L'an dernier, à ce même siège de l'ONU et durant le forum, j'avais tenté un dialogue en lui posant la question de savoir pourquoi n'y avait-il pas de représentants des autochtones pour la zone de l'Europe de l'Ouest, alors qu'il y avait des représentants de gouvernements pour cette même zone. Il me répondit qu'il n'y avait pas d`autochtones dans cette zone et qu'il était honteux que nous soyons là, à cause de la violence. J'ai émis le souhait de discuter avec lui calmement, d'avoir un vraidialogue . Ce qu'il refusa. Postérieurement, lors de la lecture d'un texte, nous avons relaté ce fait et après mon intervention, Bartolomeo Clavero m'avait lancé : «C'est bien, vous dénoncez les agressions symboliques, mais quand allez-vous dénoncer les agressions physiques ? Est-ce que moi, je vous ai tiré dessus ?» raconte Audrey Hoc. Suite à cet incident, une plainte a été déposée par B. Clavero, sans que la personne concernée, Audrey Hoc, ne soit mise au courant par une quelconque notification officielle.


«La plainte est nominative, elle ne s'adresse pas à Autonomia Eraiki» précise Audrey Hoc qui espère que la sanction ne durera qu'une année. Bartolomeo Clavero n'ayant pas été réélu à son poste d'expert vice-président.


L'incident a eu des conséquences lors du forum : des délégations du monde entier ont apporté leur soutien, telles celles des Amazighs, Touaregs ou Kitchwas.


«Le fait de voir que l'on renvoie quelqu'un de cette façon a eu le mérite de faire parler de nous» souligne A. Hoc. Mais cette dernière et Jojo Bidart n'ont pas souhaité médiatiser l'affaire, le but final étant de pouvoir continuer à participer les années suivantes. Par ailleurs, Jojo Bidart, seul Basque du Nord qui a pu entrer au sein de l'ONU, a lu le 26 avril une déclaration au nom de Garabide et Trait d'union. Garabide est une autre association s'occupant plus spécifiquement d'échanges culturels entre les peuples. L'association est basée à l'Université de Mondragon et le bertsulari Jon Sarasua et Urko Kolomo en sont les représentants.

 

Béatrice MOLLE pour le JPB

 

source photo: Autochtonia

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article