Bretagne: la gendarmerie appelle à la délation contre "les membres du pays basque"

Publié le par FPL

http://medias.lepost.fr/ill/2008/09/09/h-4-1074274-1220980939.jpg

En Morbihan, pour la gendarmerie, les etarras sont des gens "gentils et polis"

17/03/2011

 

Fabien LECUYER


«Jamais je ne marcherai dans ce genre de combine, hier c'était les Basques et aujourd'hui quoi ? Les Roms ?». La réaction de Soaz* est sans appel. En août dernier, cette loueuse de gîte a eu en effet la surprise de recevoir sur sa boîte mail un message émanant de la gendarmerie de Questembert (Morbihan - Bretagne) lui demandant de prévenir les gendarmes au cas où elle accueillerait des «membres du Pays Basque ou de l'ETA». Outre la difficulté de définir «un membre du Pays Basque», la démarche peut choquer un commerçant n'ayant pas forcément envie de se transformer en auxiliaire de police. «Certains nous ont répondu !», assure l'adjudant-chef Bertrand Bloyet, par ailleurs émetteur du courriel en question. Celui-ci prend soin de préciser dans son mail que «la Bretagne est une région prisée notamment par certains membres du Pays Basque et de l'ETA. Sans vouloir vous faire peur, dès que vous avez un léger soupçon sur une ou des personnes, il vous est possible de nous adresser par mail les identités ou immatriculations des véhicules de vos locataires. Ce message est surtout rédigé dans le but de vous demander d'être attentifs et vigilants. Généralement, les membres de l'ETA sont des personnes discrètes et polies. Ils passent inaperçus».

 

Les touristes immatriculés 64, parlant avec un accent «suspect» ou arborant une ikurrina sur le coffre de leur véhicule risquent donc, à l'avenir, d'éveiller des regards soupçonneux en cas de virée en amoureux sur les côtes bretonnes.

«Nous, on fait ça pour les logeurs», déclare Bertrand Bloyet : «Après tout, s'ils veulent accueillir n'importe quoi comme population...». «Ça me rappelle l'album de Tintin où les gendarmes préviennent le capitaine Haddock que des romanichels sont sur son terrain», glisse malicieusement Soaz*. Notons tout de même que les militants basques arrêtés dernièrement dans le Pas-de-Calais l'auraient été sur dénonciation du propriétaire du gîte qu'ils louaient.

 

«Pour nous, c'est le renseignement en général qui est intéressant, vous savez la plupart des brigades utilisent désormais ce genre de moyens», précise l'adjudant Bloyet.

 

* Les prénoms frappés d'un astérisque ont ici été changés.

 

Le JPB

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article