Deux ans de prison contre Arnaldo Otegi

Publié le par FPL


Le JPB
04/03/2010

L'ancien dirigeant de Batasuna Arnaldo Otegi a été condamné à deux ans de prison et 16 ans de privation des droits civiques pour une phrase qu'il avait tenue lors de l'hommage à un prisonnier basque. La peine a été prononcée par l'Audience Nationale espagnole et sanctionne Arnaldo Otegi pour avoir déclaré : «nous le devons aux prisonniers politiques basques, aux réfugiés et tant d'autres camarades qui nous ont quittés dans la lutte et nous y arriverons».

La juge Angela Murillo lui reproche d'avoir fait l'apologie du terrorisme. Le militant de la gauche abertzale rendait hommage, à Zornotza (Bizkaia), à un prisonnier qui venait de passer 25 ans en détention (il en est à sa 30e année). Les quatre autres personnes inculpées ont été relaxées.

Au lendemain de cette décision, hier, les partis abertzale ont exprimé leur réprobation. La gauche abertzale a affirmé dans un communiqué que face à la répression, elle ne modifiera pas sa ligne d'action.

Eusko Alkartasuna, à son tour, a dénoncé que le jugement avait «une dimension politique profonde» et qu'il était défini d'avance. Le dirigeant du parti Pello Urizar a considéré que cette peine est néfaste car A. Otegi est «une des personnes qui a impulsé la réflexion au sein de la gauche abertzale». Enfin, Aralar a dénoncé «une ânerie de plus de la part de l'Etat espagnol».


Arnaldo Otegi avait comparé le prisonnier Joxe Mari Sagardui Gatza (30 ans !) à Nelson Mandela. L'Audiencia Nacional, en plus d'assurer qu'il n'y a pas de "prisonniers politiques basques", ni de réfugiés, (normal) mais des personnes emprisonnées ou enfuies pour avoir commis "des actions criminelles qui étonnent n'importe qui par leur infinie méchanceté", a poussé le ridicule jusqu'à affirmer que cette comparaison était "impropre et manifestement fausse", car Mandela est "un authentique héros, qui est resté en prison pour des raisons idéologiques, uniquement pour cela, qui n'a jamais utilisé ni soutenu la violence pour obtenir la suppression de l'apartheid" !!!
En 1961, Mandela créait l'organisation Umkhonto we Sizwe (La lance de la nation), qui dans sa présentation publique annonçait "nous serons le bras armée du peuple contre le gouvernement et ses politiques d'oppression raciale. Nous serons la force de choc du peuple qui lutte pour sa liberté, ses droits et sa libération finale."
Après son arrestation il fut condamné à perpétuité pour sabotage contre l'Etat et au procès, dans le fameux "Discours de la Rivonia", il déclara que "compte tenu que la violence dans notre pays semblait inévitable, il aurait été incorrect et peu réaliste que les leaders africains continuions à prêcher la paix et la non-violence à des moments où le gouvernement faisait face à nos demandes pacifiques avec la force".

L'Histoire pour les juges espagnols, à part le glorieux soulèvement national de 1936...


Sur le forum

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article