EH: Des dizaines de milliers de personnes ont célebré l'Aberri Eguna (jour de la patrie)

Publié le par FPL

 

http://www.lejpb.com/Repository/Imagenes/Pub_5/Issue_4360/p004_ph01_88528.jpg


Des dizaines de milliers de personnes ont célébré l'Aberri Eguna (jour de la patrie) le week-end dernier en Pays Basque à Irun-Hendaye, Bilbo, Bayonne et un peu partout dans le monde.

 

La veille Abertzaleen Batasuna et Aralar, qui n'avaient pas lancé d'appel pour la célébration de l'aberri eguna 2010, s'étaient réunis à Urrugne pour un meeting festif. Environ 400 personnes ont répondu à l'appel des deux partis abertzale et d'Iratzarri (mouvement de jeunes associé à Aralar). Patxi Zabaletta d'Aralar a affirmé que le Pays Basque avait besoin d'un accord et que celui-ci était à construire entre tous les citoyens basques et il a salué l'initiative internationale présentée à Bruxelles la semaine dernière (cf. page 3), Andde Sainte-Marie a pour sa part affirmé que «l'autodétermination est la clé» et rejeté la «stratégie politico-militaire» il a aussi tenu à apporter son soutien aux prisonniers basques indiquant que «nous ne les laisserons pas pourrir en prison».

 

La veille à Durango des milliers de jeunes se réunissaient en faveur de l'indépendance lors d'une journée politico-festive intitulée GaztEHerria. Malgré des barrages de la Garde Civile et de la police espagnole sur tous les accès routiers menant à Durango ainsi que dans la gare et le survol incessant d'hélicoptères de l'armée, la journée de revendication a bien eu lieu. Les participants ont appelé à une manifestation à Bruxelles le 29 mai en défense de la jeunesse basque.


Hommage au Lehendakari Aguirre

 

Dimanche à Bilbo le Parti Nationaliste Basque réunissait ses militants sur la Plaza Nueva de la capitale bizkaitar. Le président du parti Iñigo Urkullu a appelé les «forces nationalistes démocratiques» à l'unité et dénoncé que le «pacte d'acier» entre le Parti Populaire (droite) et le Parti socialiste dans la communauté autonome avait pour but de «paralyser Euskadi». Le parti dont les troupes du Pays Basque Nord se sont également réunies en soirée pour célébrer l'Aberri Eguna à Bayonne, a aussi rendu un hommage à Jose Antonio Aguirre qui fut le premier président basque entre 1936 et 1939 et dont on célèbre cette année le cinquantième anniversaire de sa mort.

 

La figure du Lehendakari Aguirre a aussi été honorée à Irun où avait lieu l'acte central de l'Aberri Eguna organisé par le réseau Independentistak. La manifestation qui avait pour originalité d'avoir deux points de départs, l'un à Hendaye, l'autre à Irun, a réuni des milliers de participants de l'ensemble du spectre politique abertzale. En effet parmi les présents on trouvait des représentants de la gauche abertzale, d'Eusko Alkartasuna, des indépendants mais aussi des délégués d'Aralar et d'Abertzaleen Batasuna et même des membres du PNV comme l'ancien maire de Donostia Ramon Labaien. Txutxi Ariznabarreta porte-parole du réseau Independentistak a salué «une vague inarrêtable pour l'indépendance».

Par ailleurs dans un communiqué publié par le quotidien Gara, l'organisation ETA a réaffirmé son souhait que la confrontation entre les différents projets politiques en Pays Basque se déroule «à travers la confrontation démocratique avec la garantie et l'engagement de tous pour que soit respecté ce que décideront les citoyens basques» au travers d'un scénario «sans violences, sans ingérences et sans limites».

 

ETA donne sa version de la fusillade de Dammarie-les-Lys

Dans le communiqué diffusé dimanche par l'organisation armée ETA, celle-ci a affirmé que la fusillade ayant eu lieu à Dammarie-les-Lys près de Paris et au cours de laquelle un policier a été abattu avait eu lieu «contre [sa] volonté». Dans la version qu'elle donne des faits les policiers auraient «neutralisés» et «séquestrés» quatre de ses militants puis tirés à deux reprises «en direction d'un militant au sol et sans armes» c'est alors que trois autres militants armés se seraient approchés et auraient ordonnés aux policiers de reculer et de jeter leurs armes, deux membres des forces de l'ordre auraient alors commencer à reculer alors que deux autres auraient commencer à tirer en direction des membres du commando d'ETA. Dans l'échange de tir qui commence alors le mouvement armé assure que ses membres auraient tirés à neuf reprises «la police beaucoup plus». La Direction Générale de la Police Nationale par un communiqué s'est «inscrit en faux» les syndicats de policiers également.

 

Giuliano CAVATERRA (Le jpb)

 

 

L'Aberri Eguna se divise sur la question de l'unité des abertzale

 

Independentistak a réussi sa convocation à l'Aberri Eguna, avec 8.000 personnes entre Hendaye et Irun, mais sans le soutien d'AB et Aralar qui, la veille, ont déploré "l'excuse de la violence".

 

Les représentants de l'initiative basque Independentistak ont exprimé leur satisfaction face à la réponse populaire apportée à sa convocation de l'Aberri Eguna, à laquelle ont répondu 8.000 personnes depuis Hendaye (Pays Basque nord) et Irun (Pays Basque sud), avant de se rejoindre à la frontière franco-espagnole.

Réunissant "des personnes de tous les secteurs sociaux, syndicaux et politiques abertzale du Pays Basque", selon ses organisateurs, cette "Journée de la Patrie" n'a pas permis d'y intégrer les deux partis de la gauche autonome blinkasque Aralar (du Sud) et Abertzaleen Batasuna, ces formations n'ayant pas estimé que "les conditions d'un Aberri Eguna unitaire" soient atteintes.

 

Au sein d'Independistak, si on estime que cet Aberri Eguna a porté "la capacité d'agir unis", en portant une "nouvelle phase de rassemblement des forces indépendantistes", Aralar et AB lui ont préféré un "Aberri Eguna off", organisé la veille en Pays Basque nord à Urrugne (voir vidéo en basque), durant lequel a été porté un appel "sans contreparties" en direction de l'ETA en faveur de l'arrêt de la violence.

 

Au sein d'Independistak, la construction de cet "Etat basque" doit passer par "l'expression de la liberté de déterminer son avenir", une exigence que partagent AB et Aralar, mais tout en déclarant que cela ne pourrait se contruire que par "une gauche abertzale efficace".

 

Le Parti nationaliste basque (PNV, droite), de son côté, a lancé un appel à l'union des nationalistes basques démocratiques pour que l'avenir d'Euskadi soit "écrit par tous les Basques". Le PNV a fêté l'Aberri Eguna à Bilbao.

Publié dans Euskal Herria

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article