"Euskal Herria ez da Salgai" sur des symboles du système capitaliste

Publié le par FPL

Le JPB

05/05/2010

G.T.

La journée du Travail du 1er mai a été marquée par une vague d'inscriptions sur des établissements représentant «le modèle capitaliste». Ainsi, le slogan «Euskal Herria ez da Salgai» (Le Pays Basque n'est pas à vendre) est apparu à Mauléon, Saint-Palais, Saint-Jean-Pied-de-Port, Bayonne, Ascain, Saint-Pée-sur-Nivelle et Ciboure, dans la nuit du 30 avril au 1er mai.

Plusieurs banques ont été la cible de ces tags à Ciboure, Saint-Pée, Ascain et Saint-Palais. Dans la commune bas-navarraise, une agence d'intérim et une agence immobilière ont subi le même traitement. Il en a été de même pour des agences immobilières de Saint-Jean-Pied-de-Port, de Mauléon et d'Ascain. A Bayonne, des inscriptions sont apparues dans les rues, mais ces dernières n'ont pas été revendiquées.

Effectivement, un groupe anonyme a pris sur lui les autres actions, rappelant que la manifestation du 1er mai est devenue un «défilé» dans lequel «les syndicats sont en compétition les uns avec les autres», et non «une marche revendicative». Le communiqué rend le système capitaliste responsable de la crise et conclut «nos droits sociaux ne sont pas à vendre !».

Confiée à la Section de recherche de la Gendarmerie de Pau, l'enquête sera coordonnée par le Parquet de Paris.



"Ces dernières années les syndicats étatiques ont pris le dessus et ce qui devraient être des marches revendicatives sont devenues des défilés; les syndicats sont en compétition comme s'ils étaient en campagne électorale"

"Ils disent que nous vivons des temps de crise. Mais ceci n'est pas une crise du moment : le système capitaliste lui-même est la crise et nous devons agir contre les responsables de la situation que nous vivons en conséquence. Contre la bourgeoisie qui écrase notre peuple et nos droits."

"Il est clair pour nous que les avancées sociales ne viendrons que par la lutte."

"C'est à nous travailleurs de donner corps à nos revendications en sortant dans la rue. Nous ne perdrons pas nos droits sociaux pour le bénéfice économique de quelqu'uns. Nos droits sociaux ne sont pas à vendre ! Le Pays Basque n'est pas à vendre !"

 





Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article