LA MERE DE TROIS PRISONNIERS BASQUES REBROUSSE CHEMIN –2300 km aller-retour– SANS AVOIR PU VISITER SES ENFANTS

Publié le par FPL

http://gipuzkoakoiratzarri.files.wordpress.com/2009/09/800px-euskal_presoak_euskal_herrira_svg.png

 

Le week-end dernier onze prisonniers politiques basques n’ont pu recevoir de visite en raison des fouilles humiliantes. La mère des frères et sœurs Gallastegi a dû repartir sans voir ses trois enfants, non sans avoir parcouru 2300 km pour cela.


En raison des fouilles humiliantes, les familles de prisonniers basques rencontrent toujours des obstacles pour effectuer les vis-à-vis (visite sans vitre de séparation) dans plusieurs prisons espagnoles. Le week-end dernier, selon les données d’ETXERAT, onze visites ont été perdues . Cinq dans la prison d’ALMERIA (Andalousie) et les autres à CACERES, CASTELLO, PUERTO 1, HERRERA et ALACANT.


Les cas d’Orkatz Gallastegi, Lexuri Gallastegi et Irantzu Gallastegi sont particulièrement significatifs. Ce sont trois frères et sœurs, mais ils sont chacun dans une prison différente (Castello, Alacant et Alméria respectivement) et leur mère, Paule SODUPE comptait leur rendre visite ce week-end. Alors qu’elle a dû réaliser 2300 km pour ce faire, les trois vis-à-vis lui ont été refusés car elle n’a pas accepté les fouilles par palpation corporelle. Paule SODUPE a dû repartir chez elle sans pouvoir embrasser ses enfants.


Cette mesure imposant des fouilles par palpation a été mise en vigueur en octobre 2009 et de multiples visites ont été perdues depuis lors pour cette raison.


D’autre part, les familles dénoncent aussi les contrôles de police sévères qui se répètent aux alentours des prisons. Exemple, ce week-end dernier avec la famille de l’avocat Jon ENPARANTZA. Comme l’a dénoncé ETXERAT, le frère de ce prisonnier politique a dû subir un « contrôle brutal » de la part de la Garde Civil près de la prison. Après avoir arrêté son véhicule sur un bas-côté, la police militaire l’a interrogé sur son idéologie, tout en proférant des insultes contre ENPARANTZA, a-t-il dénoncé. Et cette famille n’est pas la seule à devoir subir ces contrôles. GARA | DONOSTIA

(Traduit par U. Parot)


 

DOCUMENT « N°12″ TRANSMIS PAR ETXERAT (BAIONA): À DIFFUSER.

14/08/2010 GARA

 

Source : Unità naziunale

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article