La répression comme seule réponse de l’Etat Colonial. Interpellations, condamnations, non rapprochement des prisonniers politiques…

Publié le par FPL

 

 

Le 20 octobre 2010 [00h00] : (Unità Naziunale, www.unita-naziunale.org– Corse – Lutte de Masse)

 

Le jeune corse interpellé mardi dans l’après midi a été relâché le soir même sous la pression du rassemblement. Mais il doit se présenter ce mercredi matin au commissariat pour un « complément d’enquête », il pourrait être présenté dans la foulée au Procureur de la République sous divers chefs d’inculpations dont  « violences contre personne dépositaire de la force publique ». Selon les témoignages recueillis sur place, il aurait été victime de violence de la part des policiers lors de son interpellation.  Ce jeune corse est un militant nationaliste et donc de facto coupable du crime de lèse-majesté.

 

Dans le même temps le tribunal correctionnel de Bastia a rendu son verdict contre Alain Mosconi et Félix Dagrégorio pour le « refus d’ADN » dans le dossier du PASQUALE PAOLI en 2005. 1 mois de prison ferme pour les deux syndicalistes du STC.  Alain Mosconi et Félix Dagregorio ont été condamnés respectivement à un an et six mois d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel de Marseille en décembre 2009 pour s’être emparé du cargo mixte Pascal-Paoli le 27 septembre 2005 dans le port de Marseille, alors paralysé par une grève initiée par la CGT contre la privatisation de la SNCM. L’opération s’était soldée le lendemain par l’intervention du GIGN au large de Bastia.

 

Et pour conclure en beauté ces nouvelles de la politique répressive de l’Etat Français en Corse, le parquet a fait appel de la décision du tribunal à l’encontre des cinq militants nationaliste qui avaient été interpellé jeudi dernier à l’aube. Pour avoir tiré une dizaine de pierre, 4 fusées éclairantes, quelques pétards nustrale et fait des tags, des jeunes corses ont été condamné à de la prison ferme sans mandat de dépots. Trouvant la condamnation trop clémente, le parquet à fait appel, espérant que la nouvelle juridiction saisie sera moins à l’écoute des plaidoiries de la défense qui a avec brio remis dans le contexte les accusations du Procureur de la République qui voulait faire passer une manifestation banale pour une action révolutionnaire… Heureusement pour nous qu’il n’était pas Procureur lors de l’émeute le 27 Aout 1975 à Bastia sinon il aurait surement réclamé la peine capitale pour les insurgés…

Après des mois de relative accalmie répressive, le retour du poing fermé et des coups de baton est revenu.

Sarkozy l’avait dit en Aout 2007 lors de son déplacement en Corse : « Ce sera la main tendue pour ceux qui veulent s’en sortir, le poing fermé pour ceux qui ne veulent pas »

Actuellement circule par sms et sur facebook le message suivent : Suite à la manifestation de cet après midi a Bastia un jeune lycéen a été interpellé il est actuellement en garde à vue. Mosconi et Degregorio ont été condamné à 1 mois de prison ferme pour refus de prélèvement ADN. Demain blocage de tous les lycées de Corse et de l’université en soutien. Libertà per a ghjuventù corsa ! Basta à a ripressione !

 

La solution passe inexorablement par une sortie de crise en mettant en place une solution politique.

 

2012 sera un enjeux politique pour la Corse.

 

Azezzu Annerbatu

Publié dans Corsica

Commenter cet article