Larrañaga : Communiste et abertzale

Publié le par FPL

http://www.mundurat.net/ehk/images/MARXISTAK/LARRANAGA/larranaga%20goierri.jpg
Par Manu Aranburu, fils d’un soldat du bataillon Larrañaga

Dans les années de la II République, Jesús Larrañaga Goiherri (1901-1942) a été un authentique héros pour le camp populaire basque, il était communiste et républicain, peut-être la figure la plus détachée du Parti Communiste d’Espagne pendant la guerre incivile, par devant de la Pasionaria, de Lister ou de José Díaz. Il a commis un délit atroce : perdre la guerre. C'est pourquoi ils nous ont arraché sa mémoire, comme celle de tant de dizaines de milliers d'hommes et de femmes qui étaient le meilleur des peuples de l'État espagnol. Nous l'arrache aussi Santiago Carrillo, qui dans ses mémoires volumineuses n'a pas un mot pour lui. Les valeurs que Larrañaga incarne, qui se résument en trois mots : « servir le peuple », ce sont ceux que cherche une jeunesse désorientée par le postmodernisme et la terreur du chômage. Défendant jusqu'à la fin les droits nationaux basques, il a fait réalité la fraternité entre les peuples dans la lutte contre l'ennemi commun. Face à l'homme politique banal et corrompu de nos jours, Larrañaga est la défense, jusqu'à donner la vie, d'un noble idéal.

Il a été arrêté par un mouchardage en octobre 1941 à Lisbonne, déporté à Madrid, jugé pour rébellion militaire dans un conseil de guerre dans la prison de Porlier et fusillé en compagnie de cinq camarades communistes de diverses nationalités de l'État, entre ceux-ci son compagnon Manuel Asarta, donostiarra comme lui. Ils ont été fusillés le 21 janvier 1942, quand les soldats de l'Union soviétique résistaient et avaient de petites victoires dans les sièges de Leningrad et de Stalingrad. Un avertissement aux communistes qu’en aucun cas il n’y aurait de rabais de la part du dictateur Franco.

Les restes de ces militants ont été récemment trouvés dans une fosse commune dans le cimetière de l'Almudena (Madrid). Un hommage va leur être rendu le 1 Février par des collectifs communistes divers. Des autobus partiront de Gipuzkoa et Bizkaia. (Un hommage lui a aussi été rendu le 23 janvier à Pasaia.)

La vie de Larrañaga est le film vivant de ces années. Un agitateur ouvrier dans la grève de la construction en 1931, exilé à Bokale (Pays Basque Nord), prisonnier de nouveau, fondateur de l'association de chômeurs à Donostia, dans les années 30, avec son compagnon Manuel Asarta, cofondateur du Parti Communiste d’Euskadi, commissaire de guerre de Gipuzkoa dans le coup d’Etat militaire de 1936, fondateur du bataillon Larrañaga, bataillon qui a eu le plus grand pourcentage de pertes de l'Armée basque républicaine, bataillon qui ne s'est pas livré aux fascistes en Octobre 1937 à Santoña, qui a cassé le siège et avec de grandes pertes s’est réfugiés dans les picos de Europa, passant ensuite dans l'État français pour entrer par Catalunya de nouveau aux fronts d’Aragon. Membre du Comité Central avec Carrillo du PCE. Jusqu'à la fin de la guerre.

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article