Les assassins d'Angel Berrueta sont libres

Publié le par FPL

L'Etat fasciste espagnol n'abandonne pas ceux qui le servent et tuent en son nom

http://2.bp.blogspot.com/_CwtWufAIkFU/S5NkaDY8RCI/AAAAAAAAQts/ppYsjXRgPu0/s1600/AzkenEzkbe.jpg

11 mars 2004, attentats dans les trains à Madrid, plus de 200 morts. Le gouvernement espagnol d'Aznar accuse ETA sans aucune preuve. Les fascistes se déchaînent.
Le 13 mars, dans le quartier Donibane de Iruñea, Pilar Rubio, femme de policier, tente de mettre une affiche de condamnation d'ETA qui l'accuse des attentats de Madrid, dans la boulangerie d'Angel Berrueta. Le boulanger refuse. La femme va chercher son mari, le policier Valeriano de la Peña, et son fils José Miguel, qui vont attaquer Angel Berrueta avec un pistolet et un couteau.
Le policier, qui lui a tiré dessus, est condamné à 20 ans de prison, et le fils, qui l'a poignardé, à 15 ans. Le Tribunal Suprême annule la sentence de 10 ans contre Pilar Rubio, à l'origine de l'incident.

Et 6 ans après le meurtre d'Angel, ils sortent de prison.

La famille Berrueta a subi la pression policière durant six ans, provocations dans la rue, insultes et menaces par téléphone et y compris des agressions ponctuelles.
Notamment, dans une descente de la police nationale dans un bar abertzale, la veuve Mari Carmen Mañas et son fils Imanol ont été agressés, avec des provocations et des moqueries contre Angel Berrueta, et Imanol agressé physiquement.
Celui-ci a découvert depuis qu'il y a une accusation de la police à son encontre.

Angel Berrueta... Faxismoaren biktima.
Herriak ez du barkatuko !!

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article