Les prisonniers politiques de Fresnes en grève de la faim et de la soif le jour de noël

Publié le par FPL

 

 

http://membres.multimania.fr/culturacorsa/ppctc.jpg

Depuis des mois et notamment depuis la rencontre entre les élus de l’Assemblée de Corse et le Ministre Garde des Sceaux en septembre dernier, les prisonniers politiques de Fresnes qui se sont regroupés en Collectif entament les actions les unes après les autres, afin que le rapprochement familial soit enfin une réalité.


Dans le dernier courrier en date du 22 décembre, ces patriotes corses annoncent une grève de la faim et de la soif pour ce 25 décembre, jour de noël. La mobilisation de ses prisonniers politiques va crescendo.

Dernièrement sur la dizaine de personnes rapprochés à Borgu, aucun politique n’étaient dans la liste.

En fin d’article la lettre manuscrite.


Simonpoli Anthony pour Unità Naziunale


Voici la lettre des « Patriotti incarcerati in Fresnes »

Parce que l’indifference sinon le mensonge tiennent lieu de seule politique, alors que depuis des mois nous n’avons pas cessé, par differentes actions et au prix de notre santé, d’informer et d’alerter toutes les consciences de Corse, Nous entamerons une nouvelle fois, pour la journée du samedi 25 décembre (NOEL), une grève de la faim et de la soif.


Quotidiennement, nous souffrons de la séparation engendrée par l’exil carcéral.

Loin de tous les notres, de nos familles, de nos enfants, de nos ami(e)s.

Soumis à un régime d’exclusion.

Victimes de traitement d’exception.

Tous nous pourrions naturellement bénéficier du droit au rapprochement.

Certains d’entre nous, compte tenu de leurs dossiers, pourraient même bénéficier d’une remise en liberté (condition permise par l’article 71 de la loi pénitentiaire de 2009).

L’éloignement et le maintien en détention sont les seules réponses de l’autorité judiciaire sous la responsabilité du gouvernement actuel.


Nos corps sont notre seule arme. Faut-il que l’irréparable intervienne pour comprendre que nous sommes des « sans droit » alors que les promesses ont été tenues par le Ministère concerné ?

Que depuis des mois aucune de nos demandes personnalisées n’a été humainement appréciée ?

Nous gardons l’espoir que la raison l’emportera sur l’arbitraire. Et que pour la Corse se dessinent enfin les voies de l’apaisement politique. Mais que nul ne doute de notre détermination car jamais nous ne baisserons la tête devant l’injustice.


Nous remercions toutes celles et ceux où qu’ils se situent et qui oeuvrent pour le respect des droits de l’homme. Nous remercions l’association « Sulidarità » pour le travail et le soutien journalier.

LIBERTÀ !

Le collectif des patriotes incarcérés à Fresnes

Publié dans Corsica

Commenter cet article