Plusieurs personnes arrêtées pour liens présumés avec l'ETA

Publié le par FPL

http://www.eitb.com/multimedia/images/2010/04/14/271689/271689_Registros_original_imagen.jpg

Parmi les personnes interpellées se trouvent des avocats liés à la gauche abertzale. Ils sont accusés d'intégration et collaboration avec l'ETA.

 

La Garde civile a interpellé, mercredi 14 avril en Biscaye et en Gipuzkoa, au moins dix personnes, dont quatre importants avocats de la gauche aberztale, selon les différentes agences en citant des sources de la lutte antiterroriste.


Arantza Zulueta et Erramun Landa ont été interpellés à Bilbao, tandis que Jon Enparantza et Iker Sarriegi ont été interpellés à Hernani. Naia Zuriarrain, une ancienne prisonnière, a été aussi interpellée à Bilbao. José Luis Gallastegi, membre du syndicat LAB, a été arrêté à Gernika, Naia Zuriarrain, ancienne prisonnière, a été arrêtée à Bilbao, Saioa AgirreJuan Mari Jauregi Zalakain et Asier Etxabe Azkue à Saint-Sébastien, ainsi que José Domingo Aizpurua à Usurbil. à Sopelana, et


Les interpellations ont été ordonnées par le juge de l'Audience nationale Fernando Grande-Marlaska suite aux papiers saisis en France à l'ancien « numéro un » de l'ETA, Javier López Peña. Les documents avaient servi aussi pour pouvoir interpeller l'avocat Joseba Agudo Mancisidor.


Les personnes interpellées sont accusées d'intégration ou collaboration avec bande terroriste, selon les mêmes sources. Les quatre avocats interpellés qui ont pour habitude de défendre des membres de l'ETA, sont soupçonnés d'avoir agi en tant "qu'agents de liaison" entre des militants incarcérés et les responsables de la bande armée.


Le 2 mars dernier, l'Audience nationale a acquitté Jon Enparantza du délit d'apologie du terrorisme pour avoir participé en 2005 dans un hommage au prisonnier de l'ETA, José María Sagardui. Lors du procès, l'Audience nationale a condamné à deux ans de prison à l'ancien porte-parole de Batasuna, Arnaldo Otegi.


Cette opération policière serait liée à l'enquête qui avait conduit à l'interpellation de l'avocat Joseba Agudo Mancisidor, le 29 octobre 2009 à Hendaye (sud-ouest de la France) par la police française.

 

source: Eitb

Publié dans Euskal Herria

Commenter cet article