Pour une tarte à la creme ils passent devant un tribunal anti-terroriste

Publié le par FPL

http://img6.imageshack.us/img6/8417/tartelgvoccitania.jpg

 

 

DES TERRORISTES ?


Appel pour un rassemblement de soutien avec les trois de Mugitu !

Jeudi 27 octobre le collectif Mugitu (collectif de désobéissance Basque) et Libertat ! (gauche révolutionnaire d’Occitanie) ont organisé un entartage pour protester contre les projets LGV en Occitanie et au Pays Basque lors de la séance plénière de la CTP (Communauté de Travail des Pyrénées). L’entartrée, la présidente de la Navarre Yolanda Barcina, prenait ce jour là, la présidence de la CTP à la place de M.Malvy. Cette action meringuée menait tambours battants déchaîna la vindicte du personnel politique. Y.Barcina de retour en Navarre porta plainte pour « attentat contre une autorité publique » suite à cela trois camarades de Mugitu furent interpellés puis relachés. M.Malvy de son côté déposa une plainte « téléphonique ». Mais la farce ne s’arrêta pas là et pris une tournure pour les moins démesurée, en effet les trois camarades furent déferrés à l’Audienca Nacional, le tribunal suprême espagnol. Il est, chez nous, le pendant de la cours de sûreté de l’état, c’est à dire une justice d’exception celle qui juge les « terroristes », rien de moins… Ils passeront en procès le mercredi 16 novembre à Madrid.

Libertat ! s’insurge de l’absurdité de cette procédure mais aussi de la criminalisation du mouvement contre la LGV et de tous les mouvements de désobéissance.

Nous pensons qu’il faut plus que jamais dénoncer les pharaoniques projets destructeurs de vies, de territoires, et de richesse. La LGV (ligne à grande vitesse) est une des illustrations les plus frappantes, des milliards brûlés pour rien sur l’autel du productivisme, de la métropolisation. Alors que la crise frappe de plein fouet nos pays et plus particulièrement les classes populaires, nos politiques aux services des intérêts capitalistes ne renoncent pas à ce gaspillage honteux. Par la désinformation, le matraquage médiatique, nos décideurs serviles nous font passer ces projets pour essentiel au développement. À Libertat ! Nous pensons que la LGV pose la question cruciale de quelle société voulons-nous. Le capitalisme dans sa course effrénée du profit nous entraîne dans un mur, il est un frein à notre libre développement. Tant qu’il durera, nous serons soumis à son arbitraire.

Quand une société devient injustice notre premier devoir est de désobéir.

Tous devant le consulat d’Espagne ce mardi 15 novembre à 19h en solidarité avec Mugitu et contre les projets de destruction.

www.libertat.org

Publié dans Occitania

Commenter cet article