Près d'un millier de personnes en solidarité avec Udalbiltza

Publié le par FPL

http://www.udalbide.net/web/files/images/noticias/675/udalbiltza.jpg


«Nous sommes nerveux, parce qu'après sept ans et demi de procédure, notre liberté et notre futur sont en jeu», a confié il y a quelques jours lors d'un point presse à Donostia l'ancienne maire d'Amoroto (Bizkaia) Maribi Ugarteburu, au nom des vingt autres citoyens basques inculpés dans le dossier Udalbiltza. Le juge de l'Audience nationale rendra jeudi sa décision sur le procès qui s'est tenu de juillet à septembre derniers à Madrid, sept ans après les premières poursuites judiciaires. Un verdict pour lequel ni les inculpés, ni leurs avocats n'ont été convoqués. Leur sentence leur sera communiquée par courriel jeudi matin.


Ils étaient nombreux samedi à avoir assisté au concert des Corses de Canta U Populu Corsu salle Mendeala à Hasparren, organisé dans le cadre de la campagne de soutien à l'association d'élus Udalbiltza. L'élue urruñar Ixabel Etxebarria a alors rappelé devant les 1 000 personnes présentes le chemin parcouru depuis la création au Palais Euskalduna de Bilbo en 1999 de l'association qui regroupe les élus des sept provinces du Pays Basque. Plus de 1 800 élus s'y étaient réunis, toutes tendances politiques abertzale confondues, pour la construction du Pays Basque. «Udalbiltza avait posé une première pierre pour mettre en marche le Pays Basque», a-t-elle souligné.


En Pays Basque Nord, Udalbiltza apporta de l'aide aux ikastola, à Udaleku, Arrapitz et Euskal Irratiak et un fonds de soutien pour le développement fut créé pour la Soule.


Maribi Ugarteburu, accompagnée de plusieurs autres citoyens inculpés et représentants politiques et syndicaux, a indiqué vendredi être «très fiers du travail accompli en tant qu'élus et en tant que membres d'Udalbiltza». «Nous l'avons développée en défense de tous les droits démocratiques» a-t-elle ajouté.

Cependant, en 2003, le gouvernement espagnol décide d'illégaliser l'assemblée et intente une procédure à l'encontre de vingt-deux élus, maires et conseillers municipaux, ainsi que salariés de l'association pour «ses liens avec ETA». Tous les accusés encourent jusqu'à dix années d'emprisonnement pour «appartenance à ETA». Treize personnes ont été incarcérées, les locaux fermés et l'argent récolté pour le programme à destination de la Soule confisqué. Suivront sept années de procédure judiciaire et un procès qui s'est tenu en juillet et septembre derniers. Un procès qui, pour les inculpés, a montré toute «la légitimité de l'institution nationale».


Enfin, plusieurs mobilisations vont avoir lieu demain autour du thème «Udalbiltza aske, justizia = absoluzia» (Udalbiltza libre, justice = acquittement), veille du rendu du jugement, dont à Hasparren à 18 heures.

 

F.O. pour le JPB

 

Photo: Manifestation du 23 juillet 2010 à Bilbo

Publié dans Euskal Herria

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article