Rassemblement de soutien aux prisonniers corses avant une réunion lundi à la Chancellerie

Publié le par FPL

http://www.corsematin.com/media_corsematin/imagecache/article-taille-normale-nm/afp/2010-09/2010-09-11/photo_1284207961381-1-0_1.jpg

 

 

Une cinquantaine de militants indépendantistes se sont réunis samedi devant la préfecture de Corse à Ajaccio pour réclamer le rapprochement de tous les détenus insulaires incarcérés sur le continent, deux jours avant une réunion sur ce sujet à la Chancellerie avec les principaux élus corses.

Des banderoles où il était inscrit :"Tutti e subitu" (tous et tout de suite), "Libertà" et "Sulidarità" avaient été apposées sur les grilles de la préfecture, tandis qu'une délégation, composée principalement de membres de Sulidarità, association de soutien aux prisonniers corse et à leur famille, remettait un document au directeur de cabinet du préfet de Corse, Pierre Molager.

Ce document présente des solutions applicables selon les différents cas de détention et récapitule les places disponibles dans les prisons corses.

"Techniquement, la loi n'interdit aucun rapprochement et nous attendons un geste politique pour que tous les prisonniers reviennent tout de suite sur la terre de Corse", a indiqué un responsable de l'association Sulidarità, Dominique Tafani, en sortant de la préfecture.

A ce sujet, les principaux élus corses devraient être reçus lundi à Paris par la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie.

"Nous ne laisserons personne au bord de la route, tout le monde doit rentrer, les longues peines, les instructions et les assignés à résidence", a insisté M. Tafani.

Marie-Dominique Santoni, dont le fils a été condamné à 28 ans de prison, attend de la réunion entre Mme Alliot-Marie et les élus corses "qu'ils tiennent toutes leurs promesses de rapprochement".

"Ce sera plus facile, on pourra le voir plus souvent et on aura plus de parloirs ensemble", a ajouté Mme Santoni, dont les déplacements mensuels à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), où est incarcéré son fils, lui coûtent 500 euros.

Le rapprochement des condamnés corses incarcérés sur le continent fait l'objet d'un consensus dans la classe politique et l'opinion insulaires.

L'Assemblée de Corse, majoritairement à gauche depuis les élections territoriales de mars, avait adopté à l'unanimité en mai une motion pour le transfèrement sur l'île de tous les détenus corses incarcérés sur le continent.

 

AFP via corse matin

Publié dans Corsica

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article