Sans papier: La corse déclarée "terre sans expulsion"

Publié le par FPL

http://www.camillederoccaserra.com/photo/980599-1223302.jpg?v=1215092472
Le RESF Corsica (Réseau éducation sans frontière) se félicite que l’assemblée de Corse ait adopté, vendredi soir une motion en faveur des élèves sans papiers et leur famille.
Le RESF Corsica (Réseau éducation sans frontière) se félicite que l’assemblée de Corse ait adopté, vendredi soir une motion en faveur des élèves sans papiers et leur famille.
Dans ce texte, porté au vote par le président Dominique Bucchini, et adopté par l’ensemble des groupes (UMP excepté) l’assemblée :
« - Déclare la Corse « terre sans expulsion »,
- se déclare solidaire dans les démarches de reconnaissance de la place des immigrés, y compris les sans-papiers, dans la société insulaire,
- s’oppose aux expulsions de jeunes majeur(e) s et de familles dont les enfants sont scolarisés, en les plaçant sous sa protection afin d’obtenir la régularisation et leur permettre la poursuite de leurs études,
- s’engage à exprimer sa solidarité au sein des établissements scolaires en vue d’obtenir leur régularisation, le cas échéant, et affirme que ses représentants prolongeront cette démarche dans les conseils d’administration où ils siègent,
- assure que les élèves menacés d’expulsion et/ou leurs parents obtiendront son parrainage pour les accompagner dans leurs démarches de régularisation ». La Corse devient après l’Aquitaine et l’Ile de France et avant la région Centre, prochainement), la troisième région à s’inscrire dans une vaste démarche menée par le Réseau Education Sans Frontière, « pour faire adopter, dans toutes les régions ce nouvel outil offensif de défense des sans papiers ».

La motion de Jean Christophe Angelini du PNC:

CONSIDERANT les différents textes de protections des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales : la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ; la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ; la Convention Européenne des Droits de l’Homme ; les conventions internationales que la France se refuse encore à signer (Convention des Nations Unies sur la protection des droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille).  


CONSIDERANT le durcissement constant, ces dernières années, des lois françaises relatives à l’immigration.

CONSIDERANT que le nouveau projet de loi sur « l’immigration, l’intégration et la nationalité » franchit un nouveau cap dans l’inéquité et la réduction du droit des migrants.

CONSIDERANT les situations économiques et sociales inhumaines de nombreux sans papiers, et qui pourraient s’aggraver en cas d’application stricte de cette nouvelle loi.

CONSIDERANT que cette loi n’apporte aucune réponse adaptée aux problématiques vécues en Corse.

CONSIDERANT la contribution des sans-papiers aux secteurs clés de l’économie de l’île.

CONSIDERANT le fait que la Corse, tout au long de son histoire et notamment durant les périodes les plus sombres, a fondé sa culture sur des valeurs fondamentales d’accueil, de solidarité, de défense des plus opprimés et des droits humains.

 

L’ASSEMBLEE DE CORSE,

DEMANDE de déclarer la Corse «TERRE SANS EXPULSION»,

DEMANDE de déclarer l’Assemblée de Corse solidaire d’une démarche de reconnaissance de la place des sans-papiers dans la société insulaire.

Publié dans Corsica

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xavier lainé 04/11/2010 04:23


Voilà une bonne nouvelle qui ne peut que nous réjouir. Il serait à souhaiter que cette "désobéissance" s'installe dans toutes les attitudes.
Un lent travail d'éducation à l'insoumission nécessaire à mettre en oeuvre.