Sur les huit interpellés: deux mis en examen et écroué à paris.

Publié le par FPL

cible.jpg

 

Si huit personnes avaient été interpellées lundi en région bastiaise, quatre avaient été relâchées le jour même.

Puis deux autres avaient à leur tour été libérées jeudi mais... dans Paris, puisqu'ils avaient été transférés, entre-temps, dans les locaux de la sous-direction antiterroriste.


De sorte qu'il n'en restait donc plus que deux en garde à vue à l'heure où, vendredi matin, s'achevait le délai légal de celle-ci. Deux hommes qui ont, par contre, été mis en examen et incarcérés aussitôt dans des établissements pénitentiaires de la région parisienne.


L'un de ces hommes est le militant de Corsica Libera Éric Marras qui, pour l'anecdote, devait comparaître mercredi devant la cour d'appel de Bastia dans le cadre d'un refus de prélèvement d'ADN. Son absence avait ainsi étonné le président Philippe Herald et n'avait pu être justifiée par l'avocat du prévenu. L'explication a cette défection se trouvait donc tout simplement dans son interpellation !


L'autre homme qui a été écroué à Paris est Michel Perfetti. Tous deux sont donc poursuivis pour « participation à une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, dégradation et destruction de biens par une substance explosive, fabrication d'engins incendiaires et transport et détention de produits incendiaires ou explosifs ». Le tout « en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste ».


Ce dossier concerne certains attentats non revendiqués et commis en 2010, notamment contre un bâtiment appartenant à EDF (en septembre) et contre un local propriété de l'État, affecté à l'armée de terre (novembre).

 

JPC pour corse matin

Publié dans Corsica

Commenter cet article