Guy Orsoni Martyr de la Cause Corse.

Publié le par FPL

cap007.jpgEn ce 17 juin,une pensée va vers Guy Orsoni,jeune homme lachement torturé et assassiné par l'état français. En 2006 un livre écrit par Lucien aimé Blanc fait lumière sur les actes barbouzards en Corse notament l'affaire Guy Orsoni.Le magazine Corsica dira dans un dossier "en 1978, un commando d’hommes de main avait reçu pour mission « officielle » d’assassiner cinq leaders nationalistes. Selon Aimé-Blanc, le scénario de 78 a été repris en 1983. Et le jeune militant, frère d'Alain Orsoni, en a été la victime. En Corse, SAC se prononçait “FRANCIA”. De 1977 à 1979, ce groupe clandestin antinationaliste a été responsable d’une centaine d’attentats. Avec les compliments du pouvoir politique" 

Ce qui suit provient du site Unità Naziunale:


In mimoria di Guidu Orsoni.

Le 17 juin 1983, disparaissait Guy Orsoni, militant nationaliste de la première heure, militant du FLNC et frère d'Alain Orsoni. Guy Orsoni, membre du FLNC,  avait été interpellé fin des années 70 et la cours de sureté de l'Etat l'avait condamné à une peine de prison en Mai 80.

Guy Orsoni a été enlevé par des truands du sud de l’île. Il a vraisemblablement été victime d’une méprise. Les voyous de la bande dite du Valincu dirigée par Jean Alfonsi dit Jeannot le Long voulait se débarrasser de Roger Orsoni, l’oncle de Guy et d’Alain Orsoni, alors dirigeant du FLNC. Le jeune homme, fait prisonnier au lion de Roccapina est alors tabassé et jeté dans le coffre de la voiture de son oncle, une Mercedes. Il meurt à l’intérieur de cet habitacle. Les voyous dirigés par Jean-Marc Leccia, un trafiquant de drogue travaillant pour les Zemmour et Salvatore Contini, un Sarde membre de l’Anonima Sequestri, la mafia sarde et une balance reconnue. (source Investigateur)

Jean Marc LECCIA aurait sollicité Jean ALFONSI, dit "Jeannot le Long" parrain du VALINCO, qui avec l'aide des nommés Henri Rossi, Paul ANDREANI et Salvatore CONTINI, aurait procédé à l'enlèvement et à l'assassinat de Guy ORSONI, dont le corps restera introuvable.

Voici en quelques dates, photos et vidéos, un morceau de l'histoire tragique de la Lutte de Libération Nationale.

17 JUIN 1983 : Disparition du GUY ORSONI, militant nationaliste du F.L.N.C, et frère d'ALAIN ORSONI, enlevé par un commando. Vers 16H00, les frères ORSONI se séparent sur le parking du couvent saint Damien à sartè. Guy monte dans une Mercedes bleu (celle de son oncle ROGER ORSONI) et pars en direction de Purti Vechju, Alain pars vers Aiacciu.

Le 25 Juin 1983 : Plus de 2000 personnes manifestent sur le cours Napoléon pour dénoncer la disparition de GUY ORSONI et la collusion de l'ETAT COLONIAL dans cette affaire. Des Slogans hostiles "Broussard Assassin" sont lancés, des portraits et des affiches de Guy sont brandis. Discours devant la préfecture en fin de cortège.

 

Le 10 JUILLET 1983 : Une plaque est posée à la mémoire de GUIDU ORSONI

par le F.L.N.C :

" A A MEMORIA DI U NOSTRU FRATELLU DI LOTTA GUIDU ORSONI MILITANDU DI U F.L.N.C MILITANDU DI A CAUSA CORSA ASSASSINATU PA U STATU FRANCESU A VINTE CINQUE ANNI UN CI SMINTICAREMU MAI ... "

10 07 1983 F.L.N.C

Le 10 Septembre 1983 : Félix Rosso, connu pour avoir été impliqué dans des trafics de stupéfiant et présenté comme un fidele de Jean Marc LECCIA, est tué par un commando du FLNC. Il aurait fait le lien entre Charles Pelligrini, son beau frere, ancien patron de l'OCRB et membre actif de la cellule anti terroriste de l'Elysée.

Le 13 SEPTEMBRE 1983 : Assassinat près de BASTIA de PIERRE JEAN MASSIMI, secrétaire général du département de  la Haute Corse. (AFFAIRE GUY ORSONI). Abattu d'une balle de 38 spécial. A Miomio, à une dizaine de kilomètres au nord de la ville, le véhicule du haut fonctionnaire est bloqué sur une route en épingle à cheveux. Une balle fracasse la pommette gauche de Massimi, qui meurt presque instantanément. Pierre-Jean Massimi, qui était depuis 16 mois le secrétaire général du département de la Haute-Corse, est abattu au volant de sa voiture. Il avait rang de sous-préfet et était un ami personnel de François Giacobbi, « patron » du clan radical de gauche et violemment anti-nationalistes.

Le 21 SEPTEMBRE 1983 : Le F.L.N.C revendique l'assassinat de PIERRE JEAN MASSIMI, en représailles à la disparition de GUY ORSONI militant nationaliste exécuté par "L'ETAT".

Le 27 Septembre 1983 : Décret du 27 : Dissolution de : Consulte des comités nationalistes (C.C.N)

Le 11 novembre 1983 : En réaction à la violence nationaliste et pour couper court à toute tentative barbouzarde, s’est constituée la C.F.R. (association pour la Corse Française et Républicaine) à l’initiative de Jean Dragacci et du colonel François Villanova, dont la vocation première est de s’opposer légalement, cette fois, aux séparatistes.(!)

En décembre 1983 : Jean Alfonsi, chef de la bande du valincu, meurt d'un cancer généralisé (Affaire Guy Orsoni) Un de ses fils sera attaqué avec son cousin a coup de chevrotine a l'aéroport D'Aiacciu.

Le 31 DECEMBRE 1983 : Jean Marc LECCIA, mafieux notoire, est arrêté a MIAMI (AFFAIRE GUY ORSONI).

Le 7 JUIN 1984 : Assassinat de deux détenus JEAN-MARC LECCIA ET SALVATORE CONTINI supposés être les complices de l'enlèvement de GUY ORSONI. Un commando de trois hommes est entrés dans la prison pour "venger" la mort de GUIDU ORSONI. Les trois hommes pris au piège dans l'enceinte pénitentiaire, se rendent aux forces de l'ordre après quelques heures... Les trois hommes dont PETRU ALBERTINI, NOËL PANTALACCI et PANTALEONE ALESSANDRI sont déportés en France.

 

Source info  Cette page a été réalisé avec les informations du site Libertà mis en ligne en 1998 et du site Patriottu mis en ligne en 2001 avec les rajouts des sources suivantes : Quid, Unità Naziunale, France 3 Corse, FR3, Dvd Génération FLNC, K7 Le FLNC dans l'histoire, U Ribombu, Kyrn, Corsica Infurmazione, A Fiara, Paese, Arritti, Sources diverses internet, La provence Corse, Corse Matin, U Ribellu, Le mémorial des corses, Derrière les cagoules...
© UNITA NAZIUNALE 1999 - 2006


Réagir ici

Publié dans Corsica

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article