Accéder au pouvoir sans se dénaturer :le nouveau défi des indépendantistes

Publié le par FPL

 

http://www.corsematin.com/media_corsematin/imagecache/article-taille-normale-nm/image/protec/2011/08/09/13901149.jpg

 

 

Un anniversaire donne souvent lieu à des bilans. Celui des trente ans des Ghjurnate internaziunale di Corti n'a pas dérogé à la règle, tout au long du week-end passé. Que retiennent donc les militants de cette rétrospective ? Certains regrettent sans doute le temps où les clandestins surgissaient sur la scène du meeting. D'autres déplorent pour leur part une baisse d'affluence ou une ambiance moins « électrique ».

 

Certes, en trois décennies, les « Journées » ont bien changé et relèvent, désormais, davantage de la figure imposée que des démonstrations audacieuses. Mais cette évolution, pour ne pas être anecdotique, en dit plutôt long sur les mutations du nationalisme. Portées ici comme ailleurs par des succès électoraux sans précédent (les délégations internationales présentes en ont d'ailleurs témoigné), les idées de ce courant politique « radical » se « dédiabolisent » et gagnent peu à peu du terrain dans de nombreux pays. Alors, pour ces partis autrefois marginalisés, la question de l'accession aux responsabilités ne fait maintenant plus figure d'utopie. Au contraire, plus que jamais, ils peuvent peser de tout leur poids dans les différents scrutins.

Aujourd'hui, il faut compter avec eux. Et cela fait déjà un certain temps que les partis dits « traditionnels » s'en sont rendu compte.

 

Ne pas se laisser griser… Ni « cannibaliser »


Au plan pratique, cette orientation se traduit souvent par une reprise des thèmes de revendication. Les membres de Corsica Libera en ont largement fait état ce week-end, évoquant l'adoption par l'assemblée de Corse des motions sur le rapprochement des prisonniers et l'officialisation de la langue corse, le lancement par le conseil exécutif du processus Corsica 21, et la réflexion des élus territoriaux autour du concept de résidence-citoyenneté. Des motifs de « satisfaction » pour les indépendantistes, loin de tout triomphalisme. « Les militants de Corsica Libera peuvent être légitimement fiers du travail accompli, même si rien n'est aujourd'hui acquis », a prévenu Jean-Guy Talamoni, rappelant par exemple que « la majorité aux affaires s'est divisée sur le sujet de la citoyenneté » et qu'il faudra « suivre avec attention la suite des opérations. »La critique et la méfiance vis-à-vis des tenants du pouvoir sont donc toujours de mise. Dans la perspective affichée« d'accéder aux responsabilités en 2014 », il s'agit de ne pas se laisser « griser » par la dynamique qui accompagne actuellement leur mouvement. Mais aussi d'éviter la récupération, voire la « cannibalisation » de leur projet. « Les idées que nous impulsons pour l'avenir de la société corse, nous devons veiller à être là pour les mettre en œuvre », commentait Rosa Prosperi.

 

Une situation « charnière »


Malgré une reconnaissance croissante, cette attente légitime ne va pourtant pas de soi. Pour récolter les fruits de leur lutte, les indépendantistes savent qu'ils devront jouer serré. « Les mois à venir vont être déterminants », a martelé Jean-Guy Talamoni, soucieux de mobiliser ses troupes dans cette situation jugée par tous comme « charnière ».

D'ores et déjà, la stratégie est donc de « tendre la main » aux modérés pour rassembler toute la famille nationaliste, sans pour autant lui dénier sa « nécessaire diversité ». En d'autres termes, chacun doit conserver son identité, l'abandon de la lutte armée n'étant pas d'actualité pour les indépendantistes. Un « point d'achoppement » avec Femu a Corsica qui ne le serait, en fait, « pas tant que cela. »


De leur rôle de contestation, les nationalistes veulent en tous les cas tirer une force de proposition et d'action publique, entre autres pour « resanctuariser l'île, seul frein possible à la spéculation. » Mais changer de l'intérieur le « système » dénoncé implique de ne pas y être absorbé. Paradoxe insoluble… Saisir sa chance en restant fidèle à soi-même, sans compromissions. L'enjeu indépendantiste semble à présent se situer au cœur de cette exigence.

 

Laure Filippi pour corse matin

Publié dans Corsica

Commenter cet article