l'associu Sulidarità répond a MAM devant la prison de Borgu

Publié le par FPL

 

Alliot Marie se moque de la souffrance des familles. Oui nous pouvons le dire. Si le ton de la réunion place Vendome semblait différent des postures habituelles de la ministre de la justice, le communiqué officiel (passé largement inaperçu), lui, est une véritable fin de non recevoir :


-         Les patriotes corses en cours d’instruction resteront incarcérés sur le continent. Nous savons que les instructions sont volontairement allongées pour maintenir en détention nos militants.


-         Les patriotes corses dont le dossier est fermé : Madame Alliot marie nous promet l’application de la loi : leur incarcération prés de leur lieu de résidence. C’est-à-dire, soit à la maison d’arrêt d’Aiacciu, soit à celle de Borgu. Ils sont plus d’une dizaine dans ce cas.

 


Nous sommes ici devant la prison de Borgu et nous ne trouvons pas Alessandrini Julien, Ballester Baptiste, interpellé en Octobre 2006,Caggiari Marco, interpellé en Avril 2008, Filippi Jacques, interpellé en Octobre 2006, Giannesini Christophe, interpellé le 7 juillet 2008, Istria Paul, interpellé le 7 juillet 2008, Nasica Joseph, interpellé en Avril 2008, Pais Anthony, interpellé en Avril 2008, Pittiloni Jean-Marie, interpellé en Avril 2008. -Casolasco Thierry, interpellé le 29 juin 2009, Colleoni Marc Antoine, interpellé en Avril 2008 et Yvan Colonna qui croupit en maison d’arrêt depuis 7 ans ccno.


Les maisons d’arrêt parisiennes sont pleines à craquer (plus de 150 % de taux d’occupation). Celle de Borgu  contient des places, beaucoup de place.


-         Les condamnés dans les centrales : MAM refuse tout net de se pencher sur la question. On propose de les descendre à la centrale d’Arles. C’est une honte. Tout d’abord cela ne change rien pour les familles et c’est pire pour les détenus car Arles est la centrale la plus sécuritaire de France et est surnommée « le petit Guantanamo ». MAM invoque la sécurité et le profil.  A Casabianda, Pédophiles et délinquants sexuels ont eux le bon profil et ne posent pas de problème de sécurité. Casabianda restera leur petit paradis selon la volonté du gouvernement.


-         Pour les assignés à résidence, MAM s’est refusée à prendre position invoquant l’indépendance des juges. Pour donner du relief à sa position Nicolas Pinzutti s’est vu refuser une permission le jour même de la réunion à Paris.


 

Aussi SULIDARITÀ appelle, plus que jamais l’ensemble des Corses épris de justice et de liberté à continuer à lutter, avec la même détermination pour le retour de tous les patriotes sur leur terre.

Nous continuerons, jusqu’au dernier rapprochement. Et nous répétons :

TUTTI È SUBITU !!!

Associu Sulidarità

 

source texte et image Unità Naziunale

Publié dans Corsica

Commenter cet article