Manifestation Basta à a ripressione : Guérilla urbaine dans les rues de Bastia

Publié le par Ghjuvà






Bastia, samedi 4 avril 2009.

A l’appel du pole indépendantiste, des milliers de corses (1.500 selon la police 15 000 selon les organisateurs, 10 000 selon les observateurs) sont descendus dans la rue pour dire « Basta à a ripressione » (Stop à la repression). Sous cette bannière, les manifestants entendent dénoncer plusieurs choses; la condamnation d' Yvan Colonna, les violences policières de lundi dernier ( deux mineurs gravement blessés,dont l’un de 14 ans, récit ici) mais également la politique du tout répressif,seule réponse actuellement offerte aux revendications corses.

 

Dans le calme les manifestants ont rejoints la préfecture depuis le Palais de justice. Devant la préfecture c’est environ 500 gardes mobiles et CRS qui attendaient les manifestants.

Après les discours et l'appel au calme de Jean guy Talamoni, les heurts ont débutés. Il était environ 18h.

Durant près de quatre heures, les jeunes corses en découdront avec les forces de répression.

Aux cocktails molotov, bombes agricoles et autres projectiles, les mobiles répondent par du gaz lacrymogènes.

Selon les sources officielles le bilan est lourd du cotés des forces de répression avec environ 70 mobiles blessés dont 8 hospitalisés dans un état grave. Des banques et des bâtiments publics ont été incendiés, un fourgon de police a été endommagé par une bombe agricole.

Aucun bléssé, ni aucune interpellation du coté des manifestants.

Le bilan ne cesse de s’alourdir au fils des communiqués de presse.

Gilles Leclair, coordinateur des services de sécurité en Corse, à clairement  parler de « guérilla urbaine ».

 

Après les violences policières de lundi personne n’ignorait que des incidents allaient éclater.

Que penser alors d’un tel déploiement de force devant la préfecture ? Il est pourtant évident que la vue d’un tel dispositif serait perçue comme une provocation, il est pourtant évident que sans présence policière dans les rues une manifestation ne peut pas dégénérer, faute de cibles pour les manifestants résolus à en découdre.

De plus, il n’y a eu aucune interpellation, les charges de mobiles contre les manifestants ont été quasi inexistante, les forces de répression se contentant de disperser a coup de lacrymogènes puis d’avancer. Une question se pose alors, les forces de répression ont-elles reçut l’ordre de ne faire que du défensif ? Si la réponse est positive, dans quel but ? Celui que les affrontements durent et s’amplifient?

Quel est le degré de responsabilité de la préfecture dans ces incidents ? Quels intérêts pour l’état ?


Le débat se poursuit sur notre forum, vous y trouverez également plus de détails, des photos et vidéos et des liens pour mieux comprendre ce qu’il s’est passé)

Publié dans Corsica

Commenter cet article