Corsica libera répond à Michel Stefani et plaide pour une compagnie maritime corse de service public

Publié le par FPL

http://www.corsicalibera.com/wp-content/uploads/2011/03/Michel-Stefani.jpg

 

L’intervention sur son blog de Monsieur STEFANI élu du front de gauche à la CTC, confirme que, comme nous le disions, le lobby politico syndical marseillais a bien des relais dans l’assemblée de Corse.


Tout d’abord, M. STEFANI (qui ferait un excellent élu de la région PACA, dont il défend parfaitement les intérêts) feint d’oublier que notre mise en cause concerne l’ensemble des acteurs qui dans cette affaire, envoient la Corse par le fond : le gouvernement Villepin, Veolia, les élus Paca et certains élus de la CTC, ainsi que la CGT de Marseille, le tout pouvant être considéré comme un véritable lobby politico syndical Marseillais.


Voici une personne qui, pourtant élu au sein d’une assemblée qui a en charge les intérêts matériels et moraux des Corses, se soucie fort peu des conséquences pour l’ile d’une gestion « gabegique » de la continuité territoriale , qui ne dit pas un mot a propos des dégâts causés par la grève actuelle, ainsi que par un système de continuité territoriale créé soi disant pour la Corse, et sur lequel, pourtant, la Corse n’a que peu d’influence.


L’élu communiste apporte paradoxalement son soutien à une multinationale et à un fonds d’investissement à la suite d’une privatisation qu’il appelle « un projet industriel » et qui a été en fait une véritable escroquerie. M. STEFANI, élu communiste, n’est pas dérangé par le fait de confier un des outils stratégiques du développement de la Corse à une multinationale qui détient déjà la plus grande partie de la distribution d’eau sur l’ile, et peut être bientôt le chemin de fer.


Peu lui importe (il semble même enclin a s’en féliciter) que :


• Marseille détienne plus des 2/3 des emplois de navigants permanents, les 5/6ème des emplois administratifs, près des ¾ de l’emploi total (si l’on inclut les saisonniers).

• 90% du chiffre d’affaire de la compagnie soit dépensé hors de Corse, et seulement 10% en Corse.

• La masse salariale soit répartie entre 5/6ème pour Marseille, et 1/6ème pour la Corse.

• Peu lui importe que les emplois créés sur Marseille soient payés par des pertes d’emploi en Corse.

• Peu lui importent les emplois perdus par la Corse à l’occasion de grèves récurrentes qui pénalisent exclusivement l’économie de la Corse.


Ces faits têtus, comme disait Lenine, n’ont pasl’air de déranger Monsieur STEFANI, pourtant élu de la Corse !!!


Pour CORSICA LIBERA, les corses n’ont rien a gagner dans la perpétuation du pillage systématique, organisé depuis Marseille, des retombées économiques de la desserte maritime de la Corse.

Nos intérêts, bien compris, résident dans la création d’une compagnie maritime corse de service public, maîtrisée exclusivement depuis la Corse.


Nous savons déjà que Monsieur STEFANI y sera opposé.


Mais rappelons-nous qu’avec ses amis, il manifestait en son temps pour le maintien du monopole d’Air France et contre la création de la CCM, la même compagnie dont il vient de solliciter la présidence.

 

Source: Corsica Libera

Publié dans Corsica

Commenter cet article