Le Gouvernement indigène Hawaiien pourrait devenir réalité

Publié le par FPL

HONOLULU – Their kingdom long ago overthrown, Native Hawaiians seeking redress are closer than they've ever been to reclaiming a piece of Hawaii.

Native Hawaiians are the last remaining indigenous group in the United States that hasn't been allowed to establish their own government, a right already extended to Alaska Natives and 564 Native American tribes.

With a final vote pending in the U.S. Senate and Hawaii-born President Barack Obama on their side, the nation's 400,000 Native Hawaiians could earn federal recognition as soon as this month — and the land, money and power that comes with it. They measure passed the U.S. House last month.

Many Native Hawaiians believe this process could help right the wrongs perpetuated since their kingdom was overthrown in 1893. The also point to the hundreds of thousands who died from diseases spread by foreign explorers before the kingdom fell.

Native Hawaiians never fully assimilated after the first Europeans arrived in 1778: They earn less money, live shorter lives, get sent to prison more often and are more likely to end up homeless than other ethnicities, said Clyde Namuo, CEO of the Office of Hawaiian Affairs, the state-funded agency founded to improve the conditions of Native Hawaiians.

"It's about correcting the injustice," Namuo said. "When you look very closely at the numbers — prison, health, wealth, education — we are not at the level that our colonizers are at."

However, just what Native Hawaiians would receive if the federal recognition measure passes Congress is uncertain. The bill sets up negotiations between a new Native Hawaiian government, the state of Hawaii and the federal government, but it doesn't specify what resources Native Hawaiians would receive.

Namuo said he hopes the lives of Native Hawaiians would be improved if they had more control of their own destiny.

A disproportionate share of Native Hawaiians find themselves homeless, huddled beneath plastic tarps in beach camps or living in shelters. Native Hawaiians make up 28 percent of the state's homeless who received outreach services, while accounting for about 20 percent of the population, according to last year's report by the University of Hawaii Center on the Family.

"It's been far too long for the Hawaiian people to be suffering," said Bert Beaman, a Hawaiian who lives at Keaau Beach Park. "Whatever Hawaiians can get, get it and be grateful."

Opponents of the legislation say it would give Native Hawaiians special treatment at the expense of other taxpayers. One study commissioned by a group opposed to a Native Hawaiian government predicted it would cost $343 million a year in lost tax revenue if 25 percent of the state's lands were transferred.

"It is not the role of government to try and make up for past wrongs," said Jamie Story, president of the Grassroot Institute of Hawaii, which promotes free markets and small government.

Supporters view the proposal as a way to provide reconciliation to the Hawaiian people that was urged in the 1993 Apology Resolution, in which Congress acknowledged the United States' role in the Hawaiian Kingdom's overthrow 100 years earlier.

They hope Native Hawaiians could eventually get greater access to affordable housing, their own culturally focused education system, health centers and full-time jobs that would include teaching hula or Hawaiian language if the bill passes.

"Things would get better for Hawaiians," said Jade Danner, vice president of the Council for Native Hawaiian Advancement. "When Native Hawaiians are truly empowered to make their own decisions, it's not that we'll make better decisions than anybody else. It's that we know our communities and we know what will work."

Others are skeptical, including some of the homeless, who wonder whether any of these changes would help them.

"I don't think it's going to be enough. Even if we get money, the homeless still need more help after living on the beach for so long," said Alice Greenwood, who lives in transitional housing.

The amount of money and land at stake could be substantial.

About $338 million is held in trust for Native Hawaiians by the Office of Hawaiian Affairs. In addition, University of Hawaii law professor Jon Van Dyke, who wrote "Who Owns the Crown Lands of Hawaii?", said a Hawaiian government should receive about 1 million acres — about 20 percent of the state's land mass that was once monarchy property.

How the trust money and land would be used is a big question, said Kaulana Park, chairman of the Department of Hawaiian Home Lands, which provides housing to Native Hawaiians on former kingdom lands.

"Where that goes nobody knows, whether it's housing, economic development or health," Park said. "The first hurdle is to get it passed."

A majority of Native Hawaiians favor this process of federal recognition, Namuo said. But it is opposed by pro-independence groups who want the Hawaiian kingdom restored.

About 109,000 Native Hawaiians have registered for Kau Inoa, a signature drive run by the Office of Hawaiian Affairs to establish a list of voters who would be eligible for elections associated with a Native Hawaiian government entity.

A spokesman for U.S. Sen. Daniel Akaka, D-Hawaii, said the legislation could reach the Senate floor this month, but because of other national priorities, Akaka's goal is to get the vote by August.

"This is the moment of truth," said Van Dyke. "I'm optimistic that we're going to see it passed, and then it will be exciting to see what happens," Van Dyke said.

 

 

Traduction source FPL

 

HONOLULU - leur royaume renversé il y a bien longtemps , les Hawaïens indigènes sont plus proches qu'ils ne l'ont jamais été de reprendre possession d'une partie d'Hawaï.

Les Hawaïens indigènes sont le dernier groupe indigène restant aux Etats-Unis à qui il n'a pas été permis d'établir son propre gouvernement, un droit déjà accordé aux indigènes de l'Alaska et 564 tribus indiennes américain.

Avec une vote finale dépendant du sénat des États-Unis et le Président Barack Obama de leur côté, les 400.000 Hawaïens indigènes de la nation pourraient se voir accorder la reconnaissance d'état fédéral dès ce mois - et la terre, l'argent et la pouvoir qui l'accompagnent. La mesure a reçu le soutien du parlement le mois dernier.

Beaucoup de Hawaïens indigènes croient que ce processus pourrait contribuer à atténuer bien des maux perpétués depuis la destitution de leur royaume en 1893. Ils rappellent également les centaines de milliers de morts dues la propagation de maladies importées par les explorateurs étrangers avant que le royaume ne soit renversé.

Les Hawaïens indigènes n'ont jamais été entièrement assimilés après l'arrivée des premiers Européens en 1778 : Ils gagnent moins d'argent, vivent moins longtemps, finissent en prison plus souvent et sont plus susceptible de devenir sans-abri que les personnes d'autres origines ethniques, a indiqué Clyde Namuo, Président du bureau des affaires hawaïennes, l'agence d'état fondée pour améliorer les conditions des Hawaïens indigènes.

« Il s'agit de corriger l'injustice dont sont victimes les Hawaiiens indigènes» Namuo a indiqué. « Quand vous regardez les chiffres de près - prison, santé, richesse, éducation - nous ne sommes pas au niveau ceux de nos colonisateurs. »

Il n'est cependant pas précisé quels Hawaïens indigènes recevraient une aide si le congrès venait à passer la mesure. La proposition de loi a permis d'entamer des négociations entre un nouveau gouvernement hawaïen indigène, l'état d'Hawaï et le gouvernement fédéral, mais elle ne spécifie pas les ressources que recevraient les Hawaïens indigènes.

Namuo espère une amélioration des conditions de vie des Hawaïens indigènes s'ils obtiennent plus liberté dans le choix de leur avenir.

(...)

Les adversaires de la législation affirment qu'elle donnerait aux Hawaïens indigènes un traitement spécial aux dépens d'autres contribuables. Une étude demandée par un groupe opposé à un gouvernement hawaïen indigène a prévu qu'elle coûterait $343 millions par année dans en recette fiscale si 25 pour cent des terres de l'état étaient transférées.

« Ce n'est pas le rôle du gouvernement de compenser les erreurs passées, » a déclaré Jamie Storie, président de l'institut de base d'Hawaï, qui promeut les marchés libres et moins d'intervention de la part du gouvernement.

Les défenseurs de la proposition la voient comme une manière de fournir une réparation aux personnes hawaïennes, comme demandé par une résolution de 1993, dans laquelle le congrès a reconnu le rôle des Etats-Unis dans le renversement du royaume hawaïen 100 ans plus tôt.

Ils espèrent que les Hawaïens indigènes pourraient par la suite obtenir un meilleur accès au logement, à leurs propres système d'éducation centré sur leur culture, à la santé et aux emplois à plein temps, ce qui inclurait l'enseignement de la langue hawaïenne si la proposition passe.

La situation deviendrait s'améliorer pour les Hawaïens, » a déclaré Jade Danner, vice-président du Conseil pour l'avancement hawaïen indigène. « Quand nous Hawaïens indigènes seront vraiment autorisés à prendre nos propres décisions, le résultat ne sera pas plus positif parce que nous sommes meilleurs que quiconque mais parce que nous connaissons nos communautés et nous savons ce qui peut avoir un impact dans la bonne direction. »

(...)

La somme d'argent et les terres en jeu pourraient être substantielles.

Environ $338 millions ont été accordés au bureau des affaires hawaïennes. En outre, le professeur de Droit Jon Van Dyke, qui a écrit « qui possède les terres de couronne d'Hawaï ? », a affirmé qu'un gouvernement hawaïen devrait recevoir environ 1 million d'acres - environ 20 pour cent de la masse de la terre de l'état qui était par le passé propriété de monarchie.

Une des grandes questions est comment l'argent et la terre seraient employés, a déclaré Kaulana Park, Président du département des terres hawaïennes, qui fournit le logement aux Hawaïens indigènes sur d'anciennes terres de royaume.

« Où cela va mener, personne ne le sait, dans les domaines du logement, développement économique ou de la santé, » Park a indiqué. « Le premier obstacle est d'obtenir le passage de la loi. »

Une majorité de Hawaïens indigènes soutiennent ce processus de reconnaissance fédérale, Namuo a indiqué. Mais il est opposé par les groupes pro-indépendance qui veulent la reconstitution du royaume hawaïen.

Environ 109.000 Hawaïens indigènes se sont inscrits au "Kau Inoa", un receuil de signature organisé par le bureau des affaires hawaïennes pour établir une liste d'électeurs qui seraient habilités à participer à l'élections d'un gouvernement indigène.

Un porte-parole du Sen. Daniel Akaka, D-Hawaï des États-Unis, a déclaré que la législation pourrait être débattue au Sénat ce mois-ci, mais compte tenu d'autres priorités nationales, le but d'Akaka est d'obtenir le vote en août.

« C'est l'heure de vérité, » a dit Van Dyke. « Je suis optimiste et espère que la loi sera votée. Il sera alors passionnante de voir ce qui se produit, » Van Dyke a dit.

 

 

Publié dans Peuples en Lutte

Commenter cet article